SAMU SOCIAL
10 000 cas traités en huit mois

 

Depuis le début de ses activités, il y a huit mois, le Samu social a traité environ 10 000 cas au Gabon et assure qu’aucun décès n’a été déploré durant cette période. Les interventions ont concerné des Gabonais vivant dans la précarité.

Le Coordonateur général de Samu social Gabon, le Docteur Wenceslas Yaba, a pu dresser un bilan à mi-parcours de cette organisation qui s’occupe des populations les plus vulnérables au Gabon à l’occasion d’une caravane médicale tenue à la fin de la semaine dernière. Du 3 juillet au 31 décembre 2017, 9 963 interventions sanitaires et sociales ont été effectuées selon ses explications.

Le ministre d’Etat en charge du Développement social et familial, de la Prévoyance sociale et de la Solidarité nationale, Paul Biyoghe Mba, a parlé de « succès » en évoquant les actions de Samu social Gabon. « Je constate que le Samu est de plus en plus connu, mais également prisé. Ce qui est normal, car avec le Samu social, la médecine va à la rencontre des malades», a-t-il réagi, avant de spécifier que « le Samu social se déploiera très bientôt à l’intérieur du pays, notamment, à Port-Gentil, Franceville, Oyem et enfin Mouila ».

Depuis la signature d’une convention, en juin 2017, à Paris entre le gouvernement gabonais, représenté par Paul Biyoghe Mba, et le Samu Social International représenté par Xavier Emmanuelli, la situation des démunis au Gabon n’est plus la même. Les interventions sur le terrain ont permis de soigner des Gabonais vivant dans la précarité et de sauver des vies.

Une équipe composée d’une centaine de personnes agit ainsi en faveur des plus démunis depuis juillet dernier. Médecins, infirmiers, psychologues, psychiatres, orthophonistes, chirurgiens, assistantes de vie, chauffeurs et télés conseillères sont au chevet des nécessiteux depuis huit mois maintenant. Samu social Gabon propose un hébergement temporaire pour un accompagnement dans des cas d’urgences sociales, un centre médico-psychologique avec consultations gratuites, la distribution gratuite de médicaments après consultation, la distribution de vêtements et de vivres aux populations défavorisées et un numéro vert, le 1 488, pour informer des cas nécessitant son intervention.