MARCHE DES ASSURANCES
Opération relance

 

Le secteur des assurances, tout comme les autres secteurs d’activités économiques du pays est impacté par la situation économique et financière peu favorable due principalement à la chute drastique du prix du pétrole. Ce qui explique le léger repli enregistré par le chiffre d’affaires du secteur en 2015. Mais l’heure est aujourd’hui à la relance.

En effet, le chiffre d’affaires du secteur est passé de 121,467 milliards de FCFA en 2014 à 118,881 milliards de francs FCA en 2015. Toutefois, le marché a su montrer une bonne capacité de résilience et surtout une ferme volonté de rebondir.

De son côté, le gouvernement dirigé par le Premier Ministre Emmanuel Issoze Ngondet, sur les orientations du Chef de l’État Ali Bongo Ondimba, a mis en place une stratégie de diversification économique qui vise à favoriser l’expansion des secteurs économiques non pétroliers et ce, dans le but d’être moins dépendant aux variations du prix du baril de pétrole.

Voulant profiter de cette dynamique, le secteur des assurances compte renverser la vapeur et poursuivre son développement qui l’a permis de décrocher le titre de 3e marché de la zone CIMA (Conférence Interafricaine des Marchés de l’Assurance), derrière la Côte d’Ivoire et le Cameroun.

Les compagnies d’assurance sont de plus en plus promptes à améliorer et créer de nouvelles offres de services. Le secteur se consolide et se professionnalise également. C’est pourquoi depuis ces cinq dernières années, malgré le retournement de conjoncture, elles mettent en place des mesures promotionnelles pour susciter l’attractivité et restaurer le climat de confiance auprès des assurés, afin de gagner de nouveaux marchés.

Les mesures prises ces derniers temps portent essentiellement sur le renforcement du champ économique du secteur avec de nouvelles activités assurancielles, la stimulation de la création et la commercialisation de nouveaux produits afin d’alimenter le chiffre d’affaires du marché. Il s’agit en outre de rendre la voix du secteur de plus en plus audible et crédible, d’accélérer la cadence de règlement des sinistres en raccourcissant les délais de paiement pour le grand bien des assurés et enfin, renforcer le professionnalisme du secteur.

A noter que le Premier Ministre gabonais a ouvert ce 1er mars 2018, les travaux de la deuxième édition des Assises de Régulation du Secteur des Assurances (ARESA). Une nouvelle occasion pour les acteurs du secteur d’échanger sur les moyens d’accélérer le processus de relance.