JOURNÉE DE LA FEMME
Exalter le rôle majeur de la femme

 

Au Gabon, au-delà de la dimension festive de la célébration de la Journée de la femme, l’occasion a été donnée au Gouvernement d’exalter le rôle majeur de la femme dans le développement économique et social de notre pays. C’est à ce titre que le Premier Ministre, Emmanuel Issoze Ngondet a ouvert solennellement la journée consacrée à la promotion de la femme gabonaise, organisée par le département en charge de la Décennie de la Femme, de l’Egalité des Chances et de l’investissement humain.

D’entrée, le Chef du Gouvernement a situé l’intérêt de cette journée de la femme en affirmant que le Président de la République n’a de cesse de réaffirmer sa volonté de permettre à la femme gabonaise, toutes conditions confondues, « d’atteindre la pleine jouissance de tous ses droits ». Il a évoqué à cet effet, le rôle éminent que la Première Dame Sylvia Bongo Ondimba joue aux côtés du Chef de l’Etat. C’est ce qui explique, a-t-il poursuivi, le sens des grandes décisions prises ces dernières années en faveur de la femme gabonaise.

Parmi ces décisions, on peut notamment citer l’instauration du Grand Prix du Président de la République, faisant la promotion des activités socio-économiques des femmes ; l’adoption d’une loi instituant un quota de 30% d’accès des femmes aux élections politiques et aux fonctions supérieures de l’Etat ; l’institution d’une journée nationale de la femme gabonaise fêtée le 17 avril de chaque année. Sans oublier que la décennie 2015-2025 a été décrétée décennie de la femme gabonaise et que l’autonomisation de la femme constitue un pilier important du programme de l’Egalité des Chances.

Précédant le Chef du Gouvernement, notons que le Représentant du Système des Nations Unies, Stephen Jackson et la Ministre Déléguée en charge de la Décennie de la femme Clotilde Chantal Boumba Louey ont aussi relayé le thème central de cette année : « L’heure est venue, les activistes rurales et urbaines transforment la vie des femmes. ». Ce thème constitue à leurs yeux, une interpellation forte des femmes appelées dorénavant à s’autosaisir de leur devenir, de leur destin et à être ainsi les acteurs de leur développement.