IMPORT/EXPORT : Les opérateurs demandent plus de contrôle

IMPORT/EXPORT
Les opérateurs demandent plus de contrôle

Durant une rencontre entre les responsables du syndicat des importateurs et exportateurs du Gabon et l’équipe du ministère en charge du Commerce, les opérateurs économiques ont demandé le renforcement des contrôles afin d’éviter notamment les concurrences déloyales et les abus en tout genre.

Le président du syndicat des importateurs et exportateurs (Simpex), Dominique Grimaldi, et la ministre en charge de la Promotion des investissements privés, de l’Entrepreneuriat national, des Petites et moyennes entreprises, du Commerce et de l’Industrie, Madeleine Berre, ont pu évoquer ensemble, au cours des discussions, le contexte global dans lequel évolue les opérateurs économiques au Gabon actuellement.

« Nous souhaitons une meilleure lutte contre le développement du secteur informel au Gabon, car cela engendre continuellement la concurrence déloyale », a affirmé un membre du Simpex au terme de la rencontre.

La réduction des délais de délivrance des certificats de conformité aux opérateurs économiques a été également soulevée par les opérateurs, ainsi que la nécessité du renforcement des contrôles dans les ports et au niveau des frontières avec les pays voisins du Gabon en raison de la contrebande.

C’est à la suite d’une alerte donnée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) concernant l’importation au Gabon de produits de charcuterie impropres à la consommation que les membres du Simpex et le ministère en charge du Commerce ont décidé d’agir.

Madeleine Berre a ainsi soulevé la restructuration du Programme gabonais d’évaluation de la conformité (PROGEC), pour faire face à ce genre d’abus, car sa mission consiste à combattre les importations de marchandises dangereuses, de contrefaçon, et/ou non conformes aux normes en vigueur. Il assure aussi la protection des consommateurs et défend les intérêts des producteurs locaux.

«Nous avons le devoir de garantir une meilleure qualité de produits aux consommateurs gabonais, tout en favorisant un environnement économique fiable aux opérateurs économiques locaux, afin de les rendre compétitifs », a tenu à rassurer le membre du gouvernement.