AG DE LA COMMISSION NATIONALE POUR L’UNESCO
Les travaux se tiennent à Libreville

Programmée depuis les assises du 1er Conseil exécutif tenu le 17 février 2016, la 1ère Assemblée générale de la Commission nationale pour l’Unesco, sous le thème « Redynamiser la commission nationale pour l’Organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la culture », ouvert à Libreville ce mardi 20 mars, s’inscrit dans le processus de consultations et de concertations entre membres de droit et autres partenaires de la commission nationale pour l’Unesco.

Le ministre gabonais de l’Éducation nationale, Nadine Patricia Anguile épouse Obame, a ouvert les travaux de la première Assemblée générale de la Commission nationale pour l’Unesco (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture), regroupant une douzaine de ministères.La rencontre souhaite, entre autres, informer et de sensibiliser les parties prenantes sur la nécessité de s’impliquer véritablement dans le fonctionnement de la commission nationale et de la redynamiser.

Les organisateurs cherchent en outre à réunir les conditions pour garantir le succès du processus visant à réformer l’organe national, en charge de la coopération entre le Gabon et l’Unesco pour une meilleure visibilité. « La réunion élargie va permettre de faire le plaidoyer sur l’état des lieux et les besoins urgents, pour un fonctionnement optimal et un renforcement des capacités de la commission nationale de l’organisme onusien », a rapporté l’AGP.

Jean Claude EngoBekui, secrétaire général de la Commission nationale pour l’Unesco, a déclaré par ailleurs que c’est une occasion de revoir le texte juridique qui crée la commission et de définir clairement les fonctions attribuées à certains de ses cadres. La présidente de ladite commission, Nadine Patricia Anguile épouse Obame, a indiqué pour sa part que la commission nationale pour l’Unesco n’arrive pas encore à remplir convenablement ses missions.

Les travaux ont pris comme base de travailles recommandations du 1er Conseil exécutif tenu en février 2016 dont l’état de lieu du fonctionnement de la commission nationale : difficultés, solutions d’amélioration et adoption des recommandations