REFORME DE LA FONCTION PUBLIQUE : Tenir compte des spécificités de chaque département

REFORME DE LA FONCTION PUBLIQUE
Tenir compte des spécificités de chaque département

Les administrations sont appelées à mettre en place une spécificité des emplois. « Il faut mettre en place des emplois fixes » a souligné le ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative, Jean Marie Ogandaga. Cette suggestion résulte d’un constat. Pour lui, la qualité du service public reste à désirer et la réforme doit tenir compte des spécificités de chaque département.

« Nous laissons mourir le service public » a soutenu le patron de la Fonction publique avant de souligner que l’agent public est très mal apprécié : mauvaise employabilité, absence de répertoire, environnement de travail en constance dégradation, généralisation des mauvaises pratiques, absence d’encadrement, recrutements souvent pas pertinents, absence de parcours professionnel.

A noter que dans le cadre de l’amélioration de la gestion de l’agent public, Jean Marie Ogandaga a sollicité l’accompagnement du Secrétariat général du Gouvernement. En retour, ce dernier s’est dit disposé à conduire cette action.  « Je vous rassure que le Secrétariat Général du Gouvernement jouera sa partition pour permettre la réussite de cette réforme », a-t-il indiqué pour ensuite conclure sur une lueur d’espoir de voir cette réforme arriver à son terme et que son service mènera cette réforme en interne.

Une occasion pour le ministre Jean Marie Ogandaga de préciser que le 25 du mois reste la date que les fonctionnaires auront leur salaire et que le paiement au trentième répond à l’exigence de la loi 1/2005. Il a aussi situé le contexte de sa tournée administrative laquelle a commencé depuis plus de deux semaines dans différents départements ministériels. Une campagne d’information et d’explication sur les tenants et les aboutissants de la réforme de l’agent public.

Le constat est que les différentes réformes menées depuis, bien qu’intra-muros,  n’ont pas connu des avancées du fait que les initiateurs ne tenaient pas compte des spécificités de chacune des administrations. Toute gestion de l’agent de l’Etat ne peut se faire à l’identique, chaque département ministériel a une spécificité.