SOCIÉTÉ NATIONALE IMMOBILIÈRE : Relancer les chantiers du programme 3808 logements

SOCIÉTÉ NATIONALE IMMOBILIÈRE
Relancer les chantiers du programme 3808 logements

La Société nationale immobilière (SNI) envisage de relancer les chantiers pour le programme 3808 logements, à l’arrêt depuis quelques années. Une réunion avec les entreprises qui ont obtenu des marchés dans le cadre de ce programme s’est tenue récemment à la Chambre de commerce de Libreville.

La réunion entre la SNI, représentée par son Directeur général, Hermann Kamonomono, et les représentants d’une quarantaine d’entreprises qui travaillent pour le programme 3808 logements a été la première occasion d’évoquer la reprise des chantiers.

«Je souhaite établir avec chaque entreprise un programme, dresser un état des lieux individuels, savoir ce qui a été réalisé comme travaux, ce qui reste, les travaux réglés et non réglés. Qu’est-ce qui reste comme avance ou facture à régler? Et voir dans quelle mesure, nous pouvons envisager des voies et moyens pour pouvoir relancer les chantiers qui sont à l’arrêt», a affirmé le Directeur général de la SNI.

Le partenariat public-privé fait partie des moyens auxquels on devra recourir pour relancer les chantiers. Les travaux se sont arrêtés depuis 2014 pour certains d’entre eux. « Nous avons pensé que l’une des options que l’on peut adopter pour mener à terme ce projet, c’est de proposer un partenariat public-privé entre la SNI et d’autres partenaires pour la relance des travaux », a précisé Hermann Kamonomono.

« Ce partenariat intégrerait les entreprises dans la part du capital investi pour finir les logements qui ont été construits et qui sont pour certains à 80 à 90% achevés, pour que nous puissions terminer ce projet sans engager l’Etat financièrement à travers une garantie que nous pouvons avoir auprès des Banques et qui financerait l’entièreté du programme», continue le Directeur général.

A noter que ce programme vise à faciliter l’accès aux logements pour 3808 foyers gabonais. Douze localités du pays en sont concernées : Oyem, Libreville, Port-Gentil, Owendo, Nkok, Franceville, Moanda, Lambaréné, Mouila, Tchibanga, Makokou et Koula-Moutou.