RN1
Bientôt la fin du « calvaire »

 

Des travaux de réfection sont menés sur la Route nationale 1 depuis quelques jours. Les usagers se sont plaints, en effet, depuis quelques temps de la dégradation de la route sur certains axes. Et les autorités devaient réagir.

Les travaux en cours concernent le tronçon Ntoum-Pont Agoula. Il est question pour le moment de traiter les nids de poule et les bourbiers qui constituent « un calvaire pour les usagers » comme l’a spécifié le ministre d’Etat en charge des Infrastructures, des Travaux publics et de l’Aménagement du territoire, Jean-Pierre Oyiba.

La dégradation de la RN1 s’aggrave notamment durant la saison des pluies. Le ministre d’Etat s’est rendu sur le terrain, mercredi 28 mars, afin de constater l’effectivité des travaux.

C’est le tronçon  Ntoum-Pont Agoula qui nécessite actuellement les travaux d’urgence d’après une évaluation des services techniques de la Direction générale de l’Entretien routier et aérodromes (DGERA) et de l’Agence nationale des grands travaux d’infrastructures (ANGTI), il y a quelques semaines.

Jean-Pierre Oyiba a évoqué en constatant l’évolution des travaux la nécessité du « traitement des points noirs sur ce linéaire hautement stratégique», tout en réitérant «l’importance économique» de la RN1. Selon le ministre d’Etat, le président de la République, Ali Bongo Ondimba, a déjà donné des instructions sur l’importance de ces travaux pour qu’on «arrête le calvaire que subissent les usagers de cette route».

Les techniciens des Travaux publics et l’ANGTI collaborent étroitement avec le Génie militaire, mieux équipé, pour la réalisation des travaux localisés pour le moment à une soixantaine de kilomètres de Libreville. « Ces travaux consistent à racler le chapelet de nids de poules de grandes dimension et de décaper les bas-côtés de la route », explique Pierre Anicet Mbadinga, Chef de service central des routes et aérodromes. Le premier objectif est d’améliorer la circulation des véhicules.