BONNES RELATIONS AVEC LES PTF
Un bon point pour le Gabon

 

Plusieurs mois après l’accord triennal signé avec le Fonds Monétaire International (FMI), le Premier Ministre, après évaluation du chemin parcouru, a laissé entendre que le processus de mise en œuvre du plan de relance et les engagements pris par l’Etat auprès des bailleurs de fonds internationaux tend vers les objectifs fixés. Un point de vue partagé par les Partenaires Techniques et Financiers (PTF).

A l’occasion de ses différentes rencontres avec les représentants des partenaires techniques et financiers du Gabon, le Premier Ministre Emmanuel Issoze Ngondet a toujours tenu à donner des éclairages nécessaires quant aux efforts fournis par le Gabon pour la consolidation des finances publiques qui va se poursuivre jusqu’en 2019, l’apurement des arriérés de la dette intérieure se renforce aussi pour maintenir la solvabilité du Gabon et assurer un niveau adéquat d’investissement étranger dans notre pays. Des explications qui ont amenés les partenaires dont le FMI à soutenir que le Gabon est en bonne voie en matière de relance économique.

Pour rappel, le 19 juin 2017, le FMI avait approuvé un accord triennal au titre du mécanisme élargi de crédit (MEDC) en faveur du Gabon pour un montant de 454,4 millions de DTS, soit environ 359 milliards de FCFA et 215% de la quote-part du pays, afin d’appuyer le Plan de Relance de l’Economie élaboré par le Gouvernement. D’autres partenaires ont par la suite emboité le pas de l’institution de Breton Woods.

C’est dans ce contexte que le Chef du Gouvernement a échangé ce 10 avril 2018 avec l’administrateur Représentant les pays du groupe Afrique II du FMI, Daouda Sembene. L’administrateur du Fonds, introduit au cabinet du Premier Ministre par Régis Immongault, ministre en charge de l’Economie, a reconnu le travail accompli et les bonnes relations que le pays entretien avec ses partenaires internationaux. Il a aussi encouragé le Gouvernement à poursuivre les réformes structurelles pour attirer les investisseurs et maitriser les dépenses publiques.

Le Gabon pense-t-il « doit rester un pays attractif » et doit aussi « accroitre les efforts budgétaires pour soutenir les programmes sociaux, en l’occurrence ceux qui profitent aux populations les plus vulnérables.  M. Daouda Sembene qui a aussi indiqué que la mise en œuvre du Programme de Relance de l’Economie « est en bonne voie ».