STATION D’ÉTUDES DES GORILLES ET DES CHIMPANZÉS
Des captures majeures effectuées

Dans le cadre d’ECOFAC 6 et de son volet écotourisme, l’équipe de la Station d’études des Gorilles et des Chimpanzés (SEGC) a de nouveau procédé à une capture « hors norme ». Cette fois, deux espèces ont étaient équipés de colliers et harnais GPS et VHF. En 15 jours, elle a pu capturer sept mandrills (mandrillus sphinx)  ainsi qu’un potamochère femelle adulte.

Tous les colliers et harnais posés sont équipés d’un système de « drop-off » qui permet de décrocher l’appareil de l’animal sur commande, ou lorsque la pile de l’émetteur arrive à terme.

Comme avec tous les animaux sauvages, une vision en milieu naturel n’est jamais garantie. Néanmoins, la présence de colliers émetteurs dans le groupe de mandrill et de potamochère, ainsi qu’une connaissance approfondie de leurs comportements et de leur écosystème, permet de maximiser les chances d’observation pour les écotouristes, tout en offrant une immersion hors du commun à la découverte du Parc National de La Lopé.

Pour les Potamochères, le projet d’observation touristique est encore en voie de développement. Mais pour les mandrills, le projet sera ouvert tous le mois de mai aux touristes. Cette horde de singe est encore très sauvage. Elle se déplace sur de longues distances dans un mouvement ininterrompu à la recherche de nourriture.

La vision se fait donc en deux étapes. Une étape de localisation télémétrique de la fréquence radio d’un mandrill porteur de collier et une phase d’approche, où l’on s’efforce de s’avancer au plus près du groupe tout en restant le plus discret possible.

La sortie mandrill est aussi une sortie de découverte et d’aventure, ce qui veut dire que la journée peut-être assez sportive. Puisque l’on évolue en milieu sauvage, les buffles et les éléphants (et les gros pythons aussi) se déplacent en forêt librement. Il faut donc rester prudent.

A saluer, enfin, la bravoure des membres de l’équipe qui ont su mettre en place toutes les procédures de sécurité face aux éléphants qui étaient par ailleurs très taciturnes et très peu impressionnés par la présence persistante des membres de l’équipe au sein de leur habitat naturel.