SOTRADER : 1500 hectares de plantation aménagés à travers le Gabon

SOTRADER
1500 hectares de plantation aménagés à travers le Gabon

 

La Société de transformation agricole et de développement rural (Sotrader) est actuellement présente dans six provinces sur neuf au Gabon. Depuis 2014, la société est chargée notamment de la mise en œuvre du programme Gabonaise des réalisations agricoles et des initiatives des nationaux engagés (Graine) et a pu aménager environ 1500 hectares de terrains destinés aux plantations à travers  le pays.

Depuis mardi 17 avril, Sotrader tient à Oyem une réunion de travail en vue de l’évaluation trimestrielle de ses activités. « Pour cette réunion du premier trimestre 2018, il s’agit de faire le bilan 2017 et celui du premier trimestre 2018 » selon le Président Directeur général, Théophile Ogandaga. « Dans le cadre de notre fonctionnement, nous avons l’habitude d’organiser une réunion trimestrielle pour faire le point de nos activités», précise-t-il également.

Actuellement, Sotrader est présente dans six provinces sur les neuf que compte le Gabon. L’année 2017 a été pour lui celle du lancement de la récolte dans le cadre du programme Graine. « En 2016, nous avons fait beaucoup de travail en termes d’aménagement de terre, de planting de banane et de manioc dans six provinces. Aujourd’hui, nous sommes déployés dans six provinces sur neuf, où nous avons aménagé plus de 1500 hectares de plantation », précise Théophile Ogandaga.

Sotrader a également lancé de nouvelles cultures, pour ne citer que le maïs, très demandé dans certaines provinces. La phase de commercialisation des produits a aussi démarrée l’année dernière, avec la construction d’entrepôts à Libreville.

Toutefois, les récoltes n’ont pas été celles escomptées au démarrage des activités.  1200 tonnes de banane et de manioc ont été récoltées alors que les responsables s’attendaient à beaucoup plus. « Nous aurions pu mieux faire en termes de récolte, mais nous avons été confrontés à un certain nombre de problèmes. Il s’agit notamment du conflit homme-faune dans l’Ogooué-Ivindo où le tiers de nos plantations a été détruit par les éléphants, le manque de productivités des partenaires avec lequel nous travaillons, des erreurs techniques», explique le PDG de Sotrader.

La société tirera les leçons de ces difficultés et envisage de réaliser de meilleurs résultats dès cette année. La réunion d’Oyem est ainsi une occasion de se pencher sur les perspectives de la société.