RELANCE ECONOMIQUE : Le Premier ministre éclaire les médias

RELANCE ECONOMIQUE
Le Premier ministre éclaire les médias

 

Après les responsables de l’administration, le tour est revenu aux médias, ce jeudi, d’être informé par le Premier Ministre sur l’exécution du Plan de Relance de l’Economie. Le premier objectif du PRE, selon Emmanuel Issoze Ngondet, est d’accélérer la cadence des filières économiques et réduire la pauvreté. Pour l’orateur, le bilan est positif même si les efforts restent à faire pour mettre le pays sur une croissance acceptable.

Parmi les points positifs notés par le chef du gouvernement, notons la réduction du déficit budgétaire global de 3.6 % et la réduction significative de l’endettement de l’ordre de 60 %. Le Premier ministre a par ailleurs rappelé que le deuxième objectif principal est la diversification de l’économie.

Constat a également été fait que  malgré l’impact de la crise, le pays a pu réaliser une croissance positive.  Emmanuel Issoze Ngondet  qui aussi tenu à rappeler à la presse que 2017 année difficile avant d’ajouter que plusieurs défis ont été toutefois relevés. « Nous avons pu éviter la récession contrairement à la configuration sous régionale. Une dynamique a créé 2000 emplois dans le domaine de l’agriculture », a-t-il indiqué.

Concernant le plan d’urgence détaillé par le Président de la République lors de son adresse à la nation, le 31 décembre dernier, le Premier Ministre a déclaré que la mesure de gratuité d’accouchement et le lancement du Fonds d’Initiative Départementale (FID) ont été actés. Il reconnait cependant que le résultat n’est pas encore satisfaisant. Et de poursuivre que « Le Gouvernement doit maintenir la vigilance pour garder le cap et optimiser les recettes fiscales. C’est dans cette optique l’Office gabonais des recettes, lequel va mutualiser nos ressources, sera créé incessamment.

Le chef du gouvernement a également insisté sur la nécessité d’améliorer le cadre des affaires. « Il faut aller dans le concret, engager les initiatives concrètes pour accroître le niveau d’investissement directs », a-t-il martelé. Il faut, en outre, plus d’actions pour augmenter le commerce transfrontalier, faire des efforts pour une baisse encore significative des dépenses publiques et aussi réduire la masse salariale insoutenable environ 720 milliards par an. L’objectif dans ce volet de la maîtrise de la masse salariale est de ramener à 500 ou 520 milliards qui est un niveau acceptable.

Enfin, après avoir noté l’importance de réduire également les dépenses des services publics personnalisés et de restructurer le système bancaire public, le Premier Ministre a conclu qu’il faut accélérer les réformes. »2018 va consacrer une grande partie sur l’éducation et l’ensemble des mesures visant à réduire le nombre des personnes économiquement faibles ».