GOUVERNANCE DES FINANCES PUBLIQUES : Focus sur les efforts déployés

GOUVERNANCE DES FINANCES PUBLIQUES
Focus sur les efforts déployés

 

A l’heure où le Gabon se prépare à l’avènement d’un nouveau gouvernement suite à la décision de la Cour Constitutionnelle de dissoudre l’Assemblée Nationale, il est intéressant de faire une petite rétrospective sur les actions développées par l’Exécutif en matière d’amélioration de la gestion des finances publiques dans un contexte de relance de l’économie.

Pour rappel, le Gouvernement a tenu à souligner dès le départ que le Plan de Relance de l’Economie accordera une place particulière aux réformes visant à maîtriser les dépenses publiques et à accroitre les recettes de l’Etat. C’est dans ce cadre que l’accord signé avec le Fonds Monétaire International (FMI) est appliqué et les réformes initiées par le Ministère chargé du Budget mises en œuvre.

Aussi, la Loi de Finances 2018 dans son cadrage macroéconomique et budgétaire, reflète clairement cette optique de l’Exécutif dont les principaux résultats attendus sont la réduction drastique du déficit budgétaire (qui est passé de 6,6% de PIB en 2016 à 3,6% du PIB en 2017) et le retour à une croissance robuste.

Jean Fidèle Otandault, Ministre d’Etat en charge du Budget  et des Comptes publics, devant les Parlementaires, fin 2017, a réitéré que la priorité est donnée  au renforcement de la viabilité des finances publiques avec la poursuite de l’effort de mobilisation des recettes fiscales et douanières, la maîtrise et l’assainissement des dépenses publiques et l’approfondissement des dispositions de la nouvelle gouvernance financière.

Rétablir l’équilibre des finances publiques

Premier constat à noter : le Gouvernement a réussi à rassurer les bailleurs de fonds internationaux. Ce qui a offert au Gabon des marges de manœuvre budgétaires et financières renforcées. Ces financements ont permis d’éviter les mesures d’austérité, de réduction des salaires. Des appuis indispensables pour rétablir l’équilibre des finances publiques tout en se préservant des chocs sociaux.

Et récemment, lors de la restitution du rapport d’exécution du PRE, explicité à la presse par le Premier ministre, accompagné de quelques membres du Gouvernement dont Jean-Fidèle Otandault, il a été rapporté qu’au cours des trois dernières années, l’Etat gabonais a pu faire chuter de 26% ses dépenses courantes, passant de 244 à 179 milliards de Fcfa.

Le plan de maîtrise des dépenses en eau, électricité et téléphonie, et la rationalisation des dépenses des baux administratifs, ont aussi apporté des résultats tangibles. Ils ont ainsi permis à l’Etat d’économiser la bagatelle de 10 milliards de Fcfa entre 2013 et 2017. Et ces efforts doivent être poursuivis afin de répondre aux exigences d’une gestion saine et rigoureuse.

Enfin, concernant les réformes structurelles en matière de gouvernance des finances publiques, il est à noter que le Ministre d’Etat Jean-Fidèle Otandault a eu l’occasion de préciser que le processus de mutation suite à la mise en place du système de Budgétisation par Objectif de Programmes (BOP) suit son cours. C’est aussi le cas de la mise en place des mécanismes de contrôle interne au sein des services, pour laquelle l’inspection générale des services devra déployer tous ses efforts courant 2018.

Sans oublier d’indiquer que les actions menées, à l’instar de celles des services techniques portant sur la mise en place du bon de commande informatisé et la poursuite du déploiement de VECTIS auprès des sectorielles, répondent aux exigences du Mémorandum des politiques économiques et financières relatif au programme de relance de l’économie signé avec le FMI.