ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE PÉTROLE AFRICAINS : Le siège délocalisé à Abuja pour des raisons stratégiques

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE PÉTROLE AFRICAINS
Le siège délocalisé à Abuja pour des raisons stratégiques

 

Auparavant basée à Brazzaville, l’Association des producteurs de pétrole africains (Appa) a décidé de transférer son siège à Abuja, la capitale économique du Nigeria, pour des raisons stratégiques et techniques. Cette organisation intergouvernementale  entend désormais prendre en considération les grandes orientations énergétiques au niveau mondial, compte tenu de l’évolution de la situation en la matière.

C’est le Conseil des ministres de l’Appa qui a décidé du transfert du siège de l’association à Abuja. Ce qui permettra de « s’arrimer aux grandes orientations pétrolières et énergétiques mondiales énoncées par les Nations unies, l’Union africaine à travers la Vision Minière de l’Afrique, le NEPAD, la Banque africaine de développement, le Conseil mondial de pétrole et le Conseil mondial de l’énergie» selon le Secrétaire général de l’association, Mahaman Louan Gaya.

A noter que le Gabon est membre de cette association fondée en 1987 à Lagos, au Nigeria, pour servir de plateforme de coopération et de partage d’expérience entre les pays producteurs de pétrole sur le continent.

Les nouvelles grandes orientations énergétiques auxquelles les pays membres de l’Appa doivent s’adapter se rapportent notamment sur le volet environnemental. «C’est bien dommage de constater que l’industrie pétrolière est responsable d’une pollution généralisée de l’environnement et cela bien plus en Afrique que nulle part ailleurs dans le monde», a réagi à ce sujet le Secrétaire général de l’Appa.

Dans le même ordre d’idée, Mahaman Louan Gaya montre du doigt la «mauvaise manipulation des hydrocarbures» qui engendre « la déforestation, la pollution de l’air, des sols et des eaux, la baisse de rendements agricoles, ainsi que l’apparition de nombreuses maladies comme les cancers, les attaques cardiaques, les problèmes respiratoires, les troubles du système nerveux, les troubles de la vue, et la fausse maternité, etc.»

L’association des producteurs de pétrole africains entend désormais réagir face à ces réalités, tout en essayant de ne pas négliger le rôle prépondérant que joue le secteur dans l’économie des pays producteurs de pétrole.