BGFIBANK : Dans le collimateur de l’ONG américaine « The Shentry »

BGFIBANK
Dans le collimateur de l’ONG américaine « The Shentry »

 

La BGFIBank est actuellement la cible d’une critique acerbe de la part de l’ONG américaine « The Shentry », co-fondé par l’acteur et producteur de cinéma George Clooney,  pour avoir continué à abriter des comptes de quelques filiales de la société Congo Futur, pourtant visée par des sanctions du gouvernement des Etats-Unis pour ses liens présumés avec le groupement Hezbollah.

Selon l’ONG américaine, « la BGFIBank RDC continuait d’héberger des comptes aux avoirs importants appartenant à des sociétés détenues ou contrôlées par le groupe Congo Futur». Ce groupe est pourtant ciblé par des sanctions américaines. Ce groupe congolais entretiendrait, en effet, des liens avec le Hezbollah, que les Etats-Unis considèrent toujours comme étant un groupement terroriste.

L’ONG « The Shentry » a tenu, après avoir analysé des données qui lui ont été transmises, à travailler avec la Plateforme de protection des lanceurs d’alerte en Afrique (PPLAAF) pour tirer la sonnette d’alarme.

«15 comptes, appartenant à cinq sociétés signalées comme étant des filiales de Congo Futur» dont Atlantic Trading Company, Cotrefor, Kin Trading, Pacific Trading et Glory Group ont été jugés suspicieux par l’ONG américaine et PPLAAF. Atlantic Trading Company et Glory Group ont été « reconnues comme faisant partie des principaux détenteurs de compte de la BGFIBank RDC en termes d’avoirs, en juin 2016» d’après toujours « The Shentry », qui demande actuellement des sanctions ciblées à l’encontre de BGFIBank.

Les deux entités qui s’attaquent ainsi à BGFI ont demandé l’ouverture d’une enquête par le département américain du Trésor afin d’élucider la question, tout en sollicitant des sanctions de la part des Etats-Unis et de l’Union Européenne.

Des virements ont été effectués régulièrement, et « des employés de la banque avaient signalé à plusieurs reprises le fait que cela constituait une entorse aux sanctions américaines», mais aucune mesure n’a été prise. Une histoire à suivre.