ALIOS FINANCE
Projet d’appel à l’épargne publique

 

Selon les informations d’Ecofin, Alios Finance projette de faire appel à l’épargne publique sur le marché sous-régional des capitaux, via un emprunt obligataire. La question aurait été mise en agenda des résolutions à prendre au cours de la prochaine assemblée générale de la société qui est prévue le 16 mai prochain. C’est à cette occasion là que devrait se décider les points sur le timing, le montant et les conditions d’exercice de l’opération.

L’entreprise présente dans la sous-région depuis longtemps jouit d’une position de quasi-monopole sur le marché camerounais du crédit-bail notamment mobilier, et la location de longue durée. Il n’est pas exclu, selon toujours Ecfin, qu’elle soit entrain de vouloir bénéficier des conditions attractives en terme d’incitations fiscales, qui sont offertes aux entreprises ayant recours à ce mode de financement. Il s’agit notamment d’un taux d’impôt réduit sur le bénéfice net social et d’autres avantages.

Toutefois si l’opération se confirmait, elle pourrait devoir s’exécuter dans un contexte de transition pour le marché financier de Douala, qui est engagé dans un processus de fusion avec la Bourse régionale basé à Libreville (Gabon). Un des défis, en rapport à cette fusion, est celui des tarifs imposés aux intermédiaires boursiers qui, durant la transition s’aligneront sur ceux de la COSUMAF (le régulateur du marché financier régional). Or de l’avis des experts, ces tarifs, sont bien plus élevés que ceux qui avaient fait l’objet de négociations au Cameroun avec la CMF.

Rappelons qu’Alios Finance est présent dans 9 pays d’Afrique centrale, de l’ouest et de l’est. Son principal actionnaire (avec 59,3% des parts) est TLG Finance, une holding française détenue par Amen Group à travers Tunisie Leasing et Amen Bank, Proparco (filiale de l’Agence Française de Développement), Crédit Suisse Microfinance Fund Management Company et la firme de private equity Responsability SICAV.