MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION
La normalisation incontournable

 

Dans la cadre d’une démarche de mise aux normes des matériaux de construction au Gabon, une formation a été prévue pour les briquetiers. Le Syndicat autonome des commerçants du Gabon (Synacoga) souhaite toutefois disposer de suffisamment d’information avant la mise en œuvre de la démarche.

La formation des briquetiers a été initialement prévue vers la fin du mois de mars. Mais il fallait mettre au point certains aspects de la démarche. La Synacoga a notamment souhaité la mise en place d’une commission tripartite qui devrait réfléchir sur les contours de la formation.

C’est le Laboratoire national du bâtiment et des travaux publics du Gabon (LNBTPG) qui a récemment défini les normes concernant les matériaux de construction. Mais à travers la mise en place de la commission tripartite, qui réunira l’administration, les organisations professionnelles de commerçants et les associations des consommateurs, la Synacoga souhaite impliquer plus d’acteurs dans la démarche.

Toutes les entités concernées sont cependant d’accord que la normalisation est incontournable, notamment suite à certains incidents notés sur quelques chantiers en raison de la mauvaise qualité de certains matériaux comme les parpaings. L’opération de mise aux normes des matériaux de construction en République gabonaise, initiée par le gouvernement, est ainsi nécessaire. Mais les acteurs principaux cherchent les moyens de s’accorder sur sa mise en œuvre.

Le coût de la formation est parmi les points soulevés par les membres du Syndicat autonome des commerçants du Gabon. « S’il y a un décret qui organise cette formation, le coût devra être inscrit dans la loi des finances. Où ira cet argent ? Que doivent attendre les opérateurs économiques en versant cette somme. Nous voulons bien être formés, mais lorsque les normes ne sont pas publiées, il y a vice de forme», a, par exemple, réagi le Secrétaire général du Synacoga, Jonas Mouniengou Mbembo.