VANDALISME A L’ECOLE ENS B
De nombreuses condamnations

 

Dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 mai, l’école ENS B, située dans le 1er arrondissement de Libreville, a été vandalisée et ses murs recouverts d’insultes alors même que la rénovation de cet établissement venait tout juste d’être achevée avec le soutien et l’implication de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba.

De nombreuses personnalités, aussi bien du secteur public de la société civile, sont montées au créneau pour pointer du doigt ce geste déplorable. C’est le cas du Directeur du Cabinet  du Président de la République qui a réagi en ces termes : « Nous condamnons avec la plus grande fermeté ces actes odieux, lâches et totalement irresponsables. L’école est un sanctuaire où se prépare l’avenir de nos enfants, ce qui rend ce méfait d’autant plus intolérable. Les coupables seront donc recherchés, poursuivis et – qu’ils n’en doutent pas – punis très sévèrement par la Justice de notre pays ».

Brice Laccruche Alihanga qui a en outre précisé que les Gabonais peuvent être assurés de « la détermination sans faille de SEM le Président Ali Bongo Ondimba de mettre en œuvre rapidement les mesures à portée sociale énoncées le 31 décembre dernier à l’occasion de ses vœux à la Nation ». Ce sera le cas, en particulier, de celles qui concernent l’école, en raison selon le DC « du rôle fondamental que cette institution joue dans la mise en œuvre de l’égalité des chances et la préparation de l’avenir de nos enfants ».

Le Ministre d’Etat en charge du Budget et des Comptes publics, Jean Fidèle Otandault, a  également vivement condamné cet acte « inqualifiable ». Pour le membre du gouvernement, les efforts déployés par le Chef de l’Etat pour effectuer un saut qualitatif significatif dans l’éducation ne doivent nullement être sapés par ce genre d’insanité. Et de poursuivre que le Gabon a décidé d’allouer des ressources importantes pour l’enseignement de base et personne ne pourra le détourner de cette optique motivée par une vision à long terme.