CONCURRENCE ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS
Un séminaire à Libreville

 

Organisé par les autorités gabonaises en collaboration avec la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et la Commission de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC), le séminaire national de sensibilisation sur la promotion de la Concurrence et de la protection des consommateurs se tient à Libreville depuis ce mardi.

Les assises voient la participation des cadres du secteur public impliqués dans l’administration de la concurrence, les parlementaires, les représentants des autorités de régulations sectorielles, du secteur privé, des partenaires techniques et financiers ainsi que la société civile.

C’est le directeur de cabinet du ministre en charge de l’Économie du Gabon, Pierre Claver Mfouba, qui a ouvert, ce mardi à Libreville, le séminaire national de sensibilisation sur la promotion de la Concurrence et de la protection des consommateurs.

Selon les organisateurs, cette manifestation vise la sensibilisation des parties prenantes sur le rôle des politiques de la concurrence et des consommateurs, la mise en œuvre effective de ces politiques au Gabon et réfléchir sur l’implication des différentes parties prenantes pertinentes dans l’administration des politiques en considération.

À travers plusieurs séances de travaux interactifs, les participants vont traiter de thématiques diverses comme le rôle de la politique de la concurrence dans le développement économique, l’établissement et la gestion d’une jeune autorité de concurrence, les défis et enjeux des réglementations de la concurrence au Gabon et les règles communautaires de la concurrence de la CEMAC ou encore la politique et la problématique de la concurrence au Gabon

Pour le représentant de la CNUCED, Yves Kenfack, « les politiques de concurrence impliquent une série de mesures visant à réduire ou à éliminer les entraves au bon fonctionnement des marchés résultant d’interventions publiques (telles que les monopoles statuaires, les aides publiques et le contrôle des prix) et de pratiques commerciales restrictives ».