SOGATRA
Vers un audit général

 

Afin de remettre la société de transport contrôlée par l’Etat sur de bons rails, l’idée de mener au préalable une opération d’audit poursuit son bonhomme de chemin. Une optique soutenue le Président du Conseil d’Administration (PCA) de l’entreprise, Alexandre Désiré Tapoyo.

Selon l’AGP, c’est dans une lettre de cadrage remise dernièrement au Directeur général de la Société gabonaise de transport (Sogatra), que le PCA insiste sur la nécessité de procéder à un audit général de l’entreprise, pour la sortir de la situation complexe dans laquelle elle se trouve.

Pour Alexandre Désiré Tapoyo, cette opération devrait aboutir à des solutions permettant à la Sogatra s’inscrire ses activités dans le sens d’une automatisation accrue des ressources de l’entreprise en général et d’un accroissement soutenu des recettes d’exploitation en particulier. Le but annoncé étant de renforcer l’efficacité de l’administration générale de la société, avec le souci d’une « culture d’entreprise basée sur la performance partagée par tous, et sur le respect scrupuleux du règlement intérieur, notamment dans ses aspects déontologiques et disciplinaires ».

La patron de Conseil d’Administration qui, pour légitimer son argument principal,  n’a pas hésité à souligner que « l’actuelle morosité budgétaire de l’État, tout comme les impératifs prudentiels qu’impose le Plan de relance économique de notre pays, oblige notre action managériale à se donner des objectifs clairs en matière de productivité, de compétitivité, de croissance, et voire même de rentabilité, vocation inaliénable ».

En matière de bonne gouvernance financière en interne, la lettre de cadrage recommande la mise en place d’un mécanisme efficace de la gestion de la traçabilité des opérations comptables et financières, avec « l’exploitation efficace et normalisée des bus et véhicules. Non sans oublier la sécurisation des outils de production, ainsi que des personnes ».

Il est également proposé « le développement de l’entreprise par la mise en place d’offres nouvelles, innovantes, plus concurrentielles et adaptées aux spécificités du marché des transports en commun dans notre pays ».

Mais avant que l’audit soit réalisé sur la Sogatra), il est demandé au directeur général de faire le point exact sur le nombre de motos, de bus et de taxi-compteurs immobilisés ou en circulation.