PIRATERIE AUDIOVISUELLE
Des professionnels gabonais sensibilisés

L’ONG Convergence effectue actuellement une mission de sensibilisation à travers l’Afrique concernant les conséquences de la piraterie dans le milieu audiovisuel. De passage au Gabon, les membres de l’ONG ont pu échanger avec des professionnels du secteur lors d’une conférence tenue à Libreville.

 « Dans certains pays d’Afrique, jusqu’à 70 % des abonnés de la TV payante sont des clients d’opérateurs illégaux », a affirmé durant la session, Béatrice Damiba, présidente de l’ONG Convergence.

D’après une étude réalisée par l’organisation britannique, Digital TV Research, les pertes engendrées par la piraterie des chaines de télévision et des films pourraient atteindre 51,6 milliards de dollars en 2022 contre 26,7 milliards de dollars en 2016.

« Les trafiquants de son et d’images prolifèrent et s’organisent en bandes qui prospèrent en surfant sur les  facilités du numérique. Ils interceptent des programmes TV, gravent, téléchargent, copient, reproduisent et transportent », a déploré Béatrice Damiba, qui précise que « 20 millions de DVD sont ainsi piratés annuellement dans le monde ».

Devant un parterre d’artistes, de membres de la société civile et de professionnels des médias, la présidente de l’ONG Convergence a également rapporté que  « le piratage audiovisuel est un sérieux frein au développement de la production audiovisuelle et subséquemment, au développement économique de l’Afrique ». Car « les pertes dues à la piraterie en Afrique seraient évaluées à 120 milliards de FCFA par an », et le Gabon est également concerné.

Durant la conférence, il a été spécifié que même Hollywood en est frappé, avec 350 000 films piratés chaque jour sur internet et un coût de 450 milliards de dollars pour les copies illicites.

Pour l’ONG Convergence, la solution passe par le renforcement de l’arsenal juridique sur la répression contre les pirates, la spécialisation de juges en droits d’auteurs et droits voisins, l’organisation, la sensibilisation, la formation et le recyclage des acteurs du secteur.