COMMUNICATION DE CRISE
Premier « Cels’and co » à Libreville

L’Institut Français du Gabon a abrité ce 21 juin le premier ‘’ Cels’and co’’ de Libreville. Une rencontre dont le thème était axé sur ‘’ la communication de crise’’. Les experts en communication ont partagé deux heures durant au public leurs expériences dans la gestion de crise.

Dans un contexte d’omniprésence et d’instantanéité des médias, la communication de crise devient un élément essentiel dans le fonctionnement des institutions. Cette exigence commande une préparation stratégique afin d’élaborer et d’adopter une approche de principe, plutôt que d’être constamment dans l’improvisation. Tel est le sens a donné du « Facebook live » organisé depuis Paris par les Alumini du Celsa Paris Sorbonne, Facebook France en collaboration avec la Direction de l’Information Gouvernementale.

Le but de cette rencontre avec les communicants des cabinets ministériels et des départements ministériels est d’identifier des pistes afin de surmonter les tempêtes pour retrouver des eaux plus calmes.

Ainsi, Valerie Frapier, directrice de la communication externe de Vivescia, Caroline Chalindar, senior director chez APCO et Arnaud Kremer, président du cabinet IREMOS ont procédé par une approche terminologique de la communication de crise. De cette définition, l’on peut noter qu’il s’agit d’une perte de contrôle sur le fait d’un élément extérieur imprévu. Les experts en communication ont insisté sur la nécessité d’effectuer une veille afin d’identifier les signaux annonciateurs d’une crise ; de mettre en place un fichier pour recenser et identifier les acteurs internes et externes et les contacts clés.

Des échanges qui se sont suivis, l’on comprend aisément que tous les éléments et les prises de paroles dans la communication de crise doivent être cohérents avec la stratégie de communication mise en place. Mieux, l’occupation du terrain dans les premières minutes doit être primordiale. A ce titre, il est important d’avoir tous les éléments pour pouvoir poser le diagnostic car il est question d’une affaire de crédibilité et de proximité.

A noter que l’évènement a vu aussi la présence du Coordonnateur du Système des Nations Unies résident au Gabon, Stephen Jackson qui par son expérience passée dans plusieurs pays en situation de crise a livré un message sur l’importance d’une bonne communication en période de crise. De son intervention, l’on retient deux approches. Une basée sur la communication multidirectionnelle et l’autre sur une communication égalitaire.