MAIN-D'OEUVRE NON PERMANENTE : Le gouvernement a tranché

MAIN-D’OEUVRE NON PERMANENTE
Le gouvernement a tranché

Le Conseil des Ministres qui s’est tenu le jeudi 21 juin 2018 a acté la suspension des recrutements de la main-d’œuvre non permanente au sein des administrations publiques. Une décision qui cadre avec les efforts déployés pour réduire la masse salariale.

La mesure a été accueillie favorablement par les observateurs de la société civile, les opérateurs économiques, mais aussi par les partenaires techniques et financiers qui estiment que pour atteindre ses objectifs à moyen terme, le Gabon se doit de prendre des initiatives courageuses pour maîtriser ses dépenses publiques.

Ainsi, la Fonction publique ne recrutera plus des agents de la main-d’œuvre non permanente jusqu’à nouvel ordre. Cette main-d’œuvre non permanente recrutée, et qui est constituée des techniciennes de surface, d’agents de liaison, de jardiniers pour ne citer que ces emplois d’exécution, représente, en terme de masse salariale, plus de 35 milliards de F CFA par an.

En suspendant le recrutement de ce personnel d’appoint, l’Etat gabonais veut non seulement réduire ses dépenses sur le plan salarial, mais aussi avoir la maitrise de l’effectif réel de ses agents, qui pèse lourdement sur le budget de l’Etat.

Du temps où il était à la tête du département en charge de la Fonction publique, Jean-Marie Ogandaga a soutenu que ces agents « recrutés pour aider l’Etat de manière momentanée sont malheureusement devenus permanents et plus coûteux ». Un responsable ministériel a tenu en outre à rassurer que cette mesure n’entravera pas le bon fonctionnement du service public, sachant que la majorité des agents de la main-d’œuvre non permanente sont proches.