TARIF PREFERENTIEL CEEAC-CEMAC
Lancement des formations

Suite à la mise sur orbite d’une série de formations des opérateurs économiques et des Comités nationaux d’agrément des produits industriels au Tarif préférentiel CEEAC-CEMAC de huit pays de la sous-région, dont l’atelier qui s’est tenu dernièrement à Libreville, une avancée notable vient d’être enregistrée en matière de promotion du libre-échange commercial en Afrique centrale.

Parmi les ateliers programmés, notons celui qui s’inscrit dans le cadre de la convention de contribution signée entre l’Union européenne et la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA). Ce dernier, confié au Bureau sous régional pour l’Afrique centrale de la CEA, s’est déroulé du 19 au 21 juin 2018 à Libreville au Gabon.

Pendant trois jours, les opérateurs économiques et les membres du Comité national d’agrément des produits industriels au Tarif préférentiel CEEAC-CEMAC du Gabon ont internalisé les procédures de montage et de traitement des dossiers de demande d’agrément des produits industriels au régime préférentiel CEEAC-CEMAC.

Selon les organisateurs, cette formation permettra aux entreprises gabonaises de tirer profit des opportunités qu’offre le marché communautaire d’environ 170 millions d’habitants qui s’étendra sur l’Afrique toute entière avec l’avènement de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA).

S’adressant aux participants à l’atelier de formation, le ministre du Commerce du Gabon, David Mbadinga a souligné que «la Zone de Libre-échange de la CEEAC offre aux entreprises gabonaises, l’opportunité de conquérir un marché plus large et à l’Etat d’augmenter ses recettes».

Il a ainsi demandé aux opérateurs économiques de se mettre au travail, pour présenter leurs dossiers au Comité national d’agrément en vue de leur validation et leur transmission aux Comités régionaux de la CEMAC et de la CEEAC en charge de délivrer les agréments au tarif préférentiel CEEAC-CEMAC.

Pour sa part, le secrétaire général adjoint de la CEEAC, Tabu Abdallah Manirakiza a relevé que cet atelier de formation permettra « de lever les doutes et de saisir l’opportunité qu’offre ce mécanisme, de commercer dans un marché de plus de 170 millions de consommateurs, de bénéficier à terme, d’un tarif à taux zéro et de réaliser des économies d’échelle susceptibles de réduire les coûts de production des industries et de réaliser des gains de compétitivité ».

Quant au représentant de la CEA, Tidjani Chetima, il a quant à lui, appelé les participants à faire bon usage des rudiments acquis. « Je ne doute point que vous accorderez toute votre attention à cette formation pour enrichir vos connaissances en vue d’intensifier l’exportation des produits gabonais vers les pays de la Communauté.», a-t-il déclaré aux participants. Avant d’ajouter que « la CEA reste très déterminée et engagée à accompagner tous les acteurs dans cette noble tâche et celles à venir ».

Après l’atelier du Gabon, le tour reviendra aux autres opérateurs économiques ainsi qu’aux Comités nationaux d’agrément des produits industriels au tarif préférentiel CEEAC-CEMAC de sept autres de la sous-région à bénéficier de ces formations.