RESSOURCES DE L’ETAT
La taxe foncière comme atout

Le recouvrement de la taxe foncière peut apporter un plus non négligeable afin d’augmenter les recettes publiques au Gabon, quand on sait que toutes les possibilités n’ont pas été suffisamment explorées en la matière. L’Etat mobilise ainsi les atouts nécessaires pour explorer cette nouvelle source financière.

Les autorités fiscales gabonaises sont actuellement en train de se pencher plus particulièrement sur la taxe foncière pour optimiser les recettes de l’Etat. La cellule spécialisée dans le domaine de la fiscalité immobilière, créée au mois de février de cette année, est déjà à pied d’œuvre depuis quelques temps afin de trouver les meilleurs moyens d’augmenter les recettes à partir de ce pan de l’économie du pays.

En effet, rien que dans la capitale, Libreville, environ 90% des terres sont immobilisées. Ces parcelles appartiennent pourtant à des particuliers et peuvent, par conséquent, générer des ressources financières pour l’Etat à partir de la taxe foncière.

A un moment où l’Etat mobilise des efforts particuliers pour augmenter ses ressources en vue de la réalisation de différents projets au bénéfice de la population, la question relevant de la taxe foncière revêt une importance particulière.

La Direction générale des impôts prévoit ainsi, dans les jours qui viennent, l’évaluation du potentiel foncier et immobilier bâti et non bâti à travers le Gabon. A partir de cette évaluation, l’Etat pourra fixer le barème pour le paiement de la taxe foncière dont devront s’acquitter les promoteurs immobiliers et les propriétaires d’immeubles ou de terrain.

L’optimisation des ressources fiscales fait partie des engagements du gouvernement gabonais vis-à-vis de ses partenaires techniques et financiers, dont le Fonds monétaire international (FMI). La mobilisation de nouveaux efforts pour y parvenir est ainsi incontournable. Et l’Etat gabonais compte s’y mettre de façon plus efficiente.