AÉROPORT DE LIBREVILLE : Le transfert des salariés évoqué

AÉROPORT DE LIBREVILLE
Le transfert des salariés évoqué

A la suite de la fin de la concession sur la gestion de l’aéroport Léon Mba de Libreville, le 30 juin dernier, les employés n’ont pas caché leur inquiétude. La société Aéroport de Libreville (ADL) a cependant tenu à rassurer les agents quant au respect de leurs droits.

Des employés de l’ADL se sont inquiétés de leur situation et ont tenu à le faire comprendre. Ce qui a poussé les responsables de la société à réagir. Dans un communiqué, le Directeur général de l’Aéroport de Libreville, Daniel Lefebvre, a parlé d’un certain malentendu.

C’est en raison de cette « incompréhension » que certains agents de l’ADL ont adressé un préavis de grève à leur ancien employeur, tout en réclamant leurs droits.

Toutefois, le transfert des agents de l’ADL vers la société qui va s’assurer de la gestion de l’aéroport Léon Mba, en l’occurrence,  GSEZ Airport, est déjà acquis. «ADL, qui a toujours entretenu un dialogue social constructif avec ses salariés, regrette que d’éventuels erreurs de compréhension ou des interprétations aient pu être à l’origine de ce mouvement d’humeur et espère que la confirmation attendue de l’Etat sur les modalités de cette opération de transfert permettra de rassurer pleinement ses collaborateurs», a spécifié le communiqué de la Direction générale d’ADL.

Daniel Lefebvre a également parlé d’une « erreur d’interprétation ». Car le respect des droits des employés ferait partie des priorités. Le Directeur général de l’ADL a ainsi promis le respect du cadre juridique concernant le transfert du personnel en fin de concession. Il a aussi mis l’accent sur le maintien du niveau de salaire et la garantie de transfert des contrats au nouveau gestionnaire de l’aéroport de Libreville.

Pour rassurer les agents à propos de ces différents engagements et, surtout, concernant le respect de leurs droits en tant que salariés, une rencontre et une discussion avec chaque employé sont déjà prévues dans quelques semaines selon la Direction générale de l’Aéroport de Libreville.