PRÉVISIONS DE CROISSANCE
La BEAC plus optimiste

Dans le communiqué officiel, rendu public par la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) à l’issue de la réunion de son Conseil d’Administration, le taux de croissance projeté dans la zone Cemac, pour l’année 2018, est désormais de 2,5%, contre une prévision initiale de 1,9%.

C’est au terme d’un conseil d’administration de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), tenu le 4 juillet 2018, à Yaoundé, la capitale camerounaise, que l’institut d’émission des six Etats de la  Cemac a fait savoir qu’il a décidé de revoir à la hausse ses prévisions de croissance dans cet espace communautaire.

Rapportant les explications des administrateurs de la BEAC, l’agence Ecofin a indiqué que cette révision à la hausse est consécutive à la « reprise de l’activité économique mondiale », marquée notamment par « une augmentation relative des cours des principaux produits de base exportés par les pays de la Cemac », à laquelle il faut ajouter la hausse de la production pétrolière dans les pays de la Cemac.

Cependant, malgré cet optimisme affiché, les chiffres fournis par le Conseil de surveillance de la cellule de règlement et de conservation des Titres (CRCT) de la BEAC, qui a tenu sa 2ème session ordinaire de l’année 2018 à la fin du mois de juin dernier, démontrent toujours que le marché des titres publics émis par adjudications organisées par la BEAC connaît encore « une augmentation de 36,6% », les montants levés par les Etats s’établissant à 1216,6 milliards de francs CFA, au premier semestre 2018.

Le CRCT de la BEAC souligne toutefois que, dans le cadre de ces opérations de levées de fonds, les six Etats de la Cemac privilégient les émissions de titres à courtes durées de maturité (moins d’un an), et que les taux d’intérêt exigés par les investisseurs sont de plus en plus élevés.