OLAM GABON : La société civile s’informe sur les conditions de travail

OLAM GABON
La société civile s’informe sur les conditions de travail

Une délégation de membres de la société civile, issus de syndicats et d’ONG, ont décidé de s’enquérir des réalités du terrain à propos des conditions de travail des employés du groupe Olam. La délégation s’est rendue, le 23 juillet dernier, dans les plantations Olam Palm Kango-Awala, à environ 130 kilomètres de Libreville.

L’objectif de la visite dans la plantation était de s’informer sur son fonctionnement. Au cours des dernières années, le groupe Olam était, en effet, souvent critiqué pour les conditions de travail de ses employés.

Il fallait la visite des membres de la société civile pour disposer de plus d’information sur les réalités du terrain. Dans les plantations, les membres de la société civile se sont renseignés notamment sur la politique d’Olam en matière d’emplois et de salaires.

« La plantation compte en tout 946 employés, tous Gabonais. A ce nombre s’ajoutent 173 travailleurs étrangers, notamment des asiatiques», a précisé William Moukagni, Chef du personnel au niveau de la plantation.

« Si des employés en poste dans nos plantations touchent en deçà du Smig, ce ne sont pas des salariés d’Olam. Mais plutôt, la main d’œuvre d’un prestataire sous contrat avec Olam», a-t-il continué pour répondre aux accusations de paiement de salaire inférieur à 100 000 FCFA. Le Chef du personnel a plutôt parlé de salaire de « 150 000 francs pour un agent d’exécution et 350 000 francs pour tout agent de maitrise ». William Moukagni a tenu également à assurer que « la totalité des employés du site est immatriculée à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) ».

Les responsables d’Olam ont tenu aussi à montrer les réalisations du groupe dans le domaine social à Awala, notamment l’installation de pompes hydrauliques et d’une infirmerie ainsi que la construction d’une école primaire.