LUTTE CONTRE LES FAKE NEWS
Les pièges à éviter et les solutions identifiées

Une trentaine de spécialistes et d’acteurs de la communication/information ont pris part à la rencontre de vendredi dernier à Libreville, dans le cadre des Sambas professionnels, afin d’échanger sur les impacts du phénomène des fake news (désinformations) et les solutions pour les juguler.

La thématique a rassemblé plusieurs dizaines de personnes à Libreville à l’occasion des Sambas professionnels. Les «fake news» ou désinformations menacent chaque jour un peu plus le milieu de l’information. Et le Gabon fait partie des pays fortement touchés par ce fléau qui cause de multiples dégâts sur la société.

C’est pour mieux cerner le problème et pour apporter des solutions que le Panel des inconnus, en collaboration avec GabTrotter, a organisé une conférence-débat sur le thème : «Eviter les pièges des fake news», au complexe scolaire Michel Dirat de Libreville.

La rencontre a vu  la participation notamment de professionnels de la communication (journalistes, blogueurs, communicants, etc.).  Lesquels ont été renforcés aux bonnes pratiques de vérification de l’information. Notamment l’information en ligne, plus concernée, de par la facilité de création des publications sur ce média de masse.

Sylvie N’tchandi Touré, directeur de la communication et rédacteur en chef du magazine Okoumé, a ainsi souligné que les «fake news» sont des informations délibérément fausses, créées par des personnes dont l’objectif est de manipuler les consciences. Elle en distingue trois types : la fake news de propagande (la plus répandue dans notre pays), celle de complot (généralement en politique), et la fake news commerciale, généralement menée par des groupes commerciaux contre des produits de concurrents.

Pascal Ango, consultant Web, a pour sa part exhorté les participants à renforcer leur esprit critique et aussi à être plus méfiants. Il s’agit notamment de ne pas se laisser piéger comme confondre exclusivité et fausses infirmations. Le consultant web a par ailleurs conseillé aux uns et aux autres à ne pas hésiter à utiliser des outils anti-intox tels le site hoaxbuster.com, ou le kit Décodex du journal le Monde.