CODE DES HYDROCARBURES
L’Etat consulte

Dans le cadre du processus engagé par le Gabon pour se doter d’un code des hydrocarbures conforme aux attentes de l’Etat, en garantissant ses intérêts, et susceptible d’attirer davantage d’investisseurs dans ce secteur, le gouvernement a lancé des consultations en vue de susciter des contributions sur la production d’un document final accepté de tous.

Aussi, le gouvernement a choisi de recourir à l’expertise des institutions internationales et des cabinets reconnus mondialement. C’est ainsi que l’Université de Houston aux Etats-Unis, représentée par les professeurs Ramanan Krishnamoorti et Julian de Cardenas Garcia ; le Fonds monétaire international, représenté par Marcos Pauplawski Ribeiro et enfin le cabinet Poulain-Cren, représenté par Jean-Paul Poulain et Guillaume Petit, ont élaboré des propositions qui ont été reçues par le ministre du Pétrole et des hydrocarbures, Pascal Houangni Ambourouet, le 24 septembre à Libreville.

Selon une dépêche de l’agence Ecofin, les trois institutions ont travaillé sur les aspects liés à la fiscalité, à la préservation de l’environnement et au contenu local.

«La présente communication a pour objectif de rassurer les investisseurs ; car il ne s’agit pas de présenter un code à la va-vite même si nous sommes conscients des enjeux liés à sa parution. Il s’agit pour nous, de nous assurer que le nouveau code est en droite ligne avec les aspirations du gouvernement et celles des professionnels du secteur.», souligne Pascal Houangni Ambourouet.

Car, relève le ministre du Pétrole, il est question, à travers l’enrichissement apporté au travers des contributions des experts, de prendre en compte les différents aspects techniques, juridiques, économiques et environnementaux du secteur.

Ce qui permettra de « s’aligner aux normes internationales, de s’adapter aux évolutions du secteur et de résister aux épreuves du temps ».