ASSEMBLEES ANNUELLES DU FMI ET DE LA BM
Mobilisation des ressources et viabilité de la dette

Les Ministres des Finances et de l’Économie des pays francophones se sont réunis à Bali le 11 octobre 2018, en présence du Président de la Commission de la CEMAC, Pr Daniel Ona Ondo, qui était accompagné du Commissaire, Clément Bélibanga. Lors de cette rencontre, ils ont examiné les questions relatives au financement du développement, pour l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD) adoptés en 2015.

Au cours des travaux, les Ministres ont noté que si les flux de financement du développement ont progressé en 2017, cela reste fragile et les pays les plus pauvres n’en ont pas ou peu bénéficié. Dans ce contexte, ils ont reconnu l’urgence d’accroître la mobilisation des ressources intérieures et les recettes fiscales. Plus stables et plus prévisibles, elles apportent des financements indispensables pour lutter contre la pauvreté et les inégalités qui freinent le développement durable.

Au delà des efforts déjà entrepris pour améliorer les règles fiscales internationales et la coopération fiscale, notamment en matière d’échange d’informations pour lutter contre toutes les formes d’évitement de l’impôt, les Ministres ont souligné l’importance que les bailleurs de fonds renforcent leur assistance aux pays francophones à faible revenu (PFR) dans les domaines de l’audit et le contrôle des grandes entreprises, l’analyse et la rationalisation des dépenses fiscales, la fiscalité du secteur extractif et la préparation, la négociation et la révision des conventions fiscales.

Considérant l’évolution des différentes sources de financement disponible pour les pays à faible revenu, les Ministres ont exprimé leur préoccupation face à l’accroissement rapide de la dette dans certain nombre de pays francophones. Ayant fait le constat que près de la moitié des PFR se trouvent déjà en situation de dette non viable ou de risque de non viabilité, ils encouragent le réseau à mener une analyse commune plus précise des différents instruments et sources qui composent leur dette, en vue d’identifier les mesures à prendre, au niveau national et international, pour leur permettre de financer leurs besoins de développement durable sans que cela ne conduise à de nouvelles situations de surendettement.

En conclusion, les Ministres ont salué les travaux réalisés dans le cadre de la présidence malagasy et ont relevé l’importance des ateliers techniques qui permettent d’approfondir le partage d’expériences entre pays francophones. Ils se félicitent par ailleurs du dialogue plus étroit qui se tient avec le FMI, la Banque Mondiale et les Nations-Unies, avec le G20, conjointement avec le Commonwealth et les autres groupes d’influence. Ce dialogue a permis d’accroître l’assistance apportée en français aux pays francophones. Enfin, ils encouragent les institutions internationales à poursuivre leurs efforts et à assurer, en coordination avec l’OIF, un suivi régulier de ces progrès.