REFORMES STRUCTURELLES
Le FMI satisfait du Gabon

D’après le Fonds Monétaire International (FMI), un progrès notable a été enregistré dans l’exécution du budget, l’ajustement des engagements de dépenses par rapport aux plans de trésorerie, ainsi que la mise en œuvre dans son ensemble du compte unique du Trésor qui vise une meilleure transparence des finances de l’Etat.

Malgré cette note de satisfaction, la mission au Gabon du FMI a aussi mis en évidence les risques budgétaires que représentent les entités publiques. En dépit de certaines avancées, la situation financière de plusieurs entités et entreprises publiques reste précaire, et faute d’une amélioration, pourrait représenter des passifs conditionnels considérables pour l’État. A cet effet, les autorités ont réitéré leur détermination à renforcer le contrôle des dépenses des comptes spéciaux.

Par ailleurs, l’institution de Bretton Woods indique qu’il est aussi nécessaire de continuer à améliorer la gestion de la dette et la gestion de trésorerie afin de se préserver des risques d’ccumulation d’arriérés intérieurs et extérieurs.

La mission a aussi soutenu qu’il est essentiel de hâter la liquidation des trois banques en difficulté et de s’attaquer diligemment au niveau immodéré des prêts improductifs afin de soutenir le secteur bancaire et d’encourager le crédit au secteur privé. Il est important aussi de continuer d’améliorer le climat des affaires.

Enfin, le FMI a fait remarquer avec satisfaction la volonté des autorités à agir de manière à préserver la stabilité de l’arrangement monétaire de la région. Il s’agit notamment de poursuivre l’assainissement des finances publiques et de prendre des mesures tangibles pour renforcer le respect de la réglementation des changes, notamment en ce qui concerne le rapatriement des recettes d’exportations, qui constitue une mesure cruciale pour reconstituer les réserves de change de la BEAC. La mission a ainsi indiqué que le conseil d’administration du FMI pourra examiner la troisième revue en décembre 2018.