CONSEIL MINISTERIEL
Plusieurs dossiers sur la table

Le Premier Ministre, Julien Nkoghé Békalé, a présidé un conseil interministériel à la salle habituelle ce mercredi 6 mars 2019. A l’ordre du jour de cette séance de travail de l’Exécutif, quelques jours après la tenue du Conseil des Ministres présidé par le Président Ali Bongo Ondimba, l’examen de plusieurs projets de textes législatifs et réglementaires, en plus de la communication du Chef du Gouvernement.

Il s’agit, entre autres, du projet de loi portant création de l’Office National de Développement du sport et de la Culture pour le Ministère des Sports, de la Culture et de l’Artisanat. Du projet de décret portant création, attributions et organisation de l’Inspection Spéciale du Travail dans le secteur minier pour le ministère de la Fonction Publique, de l’Innovation, du Service Public et du Travail.

Autre sujet à l’ordre du jour du conseil ministériel de ce mercredi, le projet de décret fixant les statuts de l’Organisation Nationale de l’Emploi et de la Formation au ministère de l’Emploi, de la Jeunesse, de la Formation Professionnelle, de l’Insertion et de la Réinsertion. En matière de Politique Générale, le conseil interministériel, dans son affaire 4, s’est penché sur la demande d’agrément de plusieurs diplomates.

Signalons que le jour de la tenue de cette rencontre gouvernementale de premier plan a été aussi celui où le Premier Président de la juridiction financière, Gilbert Ngoulakia, a remis au Premier Ministre Julien Nkoghé Békalé, le rapport de son institution sur la façon dont a été effectué le budget pour le compte de l’année 2017.

Ce rapport mentionne une loi de finances déficitaire de 90, 67 milliards de FCFA. Il fait également apparaître des améliorations à apporter au niveau des prévisions des ressources et des charges, de l’évaluation des dépenses fiscales par la direction générale des impôts, de la maitrise de la dette et du mécanisme d’évaluation de la performance des programmes par la production régulière des projets et des rapports annuels de performance et la transmission dans les délais impartis des documents nécessaires au contrôle.

A ce titre, le Chef du Gouvernement a pris l’engagement de respecter les dispositions en la matière : « nous prenons l’engagement ici et maintenant. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir, nous respecterons les dispositions constitutionnelles, législatives et réglementaires en matière d’élaboration et d’exécution des lois de finances ».