CIMAF
100 millions d’euros pour booster la production

Opérant au Gabon depuis 2016 dans la production et la vente de ciment, la _ CIMAF, à l’occasion d’une rencontre avec le Premier ministre a fait part de son projet de procéder dans un proche avenir à l’augmentation de sa production grâce à la mise en service d’une nouvelle usine. L’objectif visé est de combler le déficit enregistré sur le plan national et chercher à réduire ainsi les importations de ciment qui participent au déséquilibre de la balance commerciale du Gabon.

La CIMAF compte répondre efficacement à la forte demande exprimée ces dernières années en matière de ciment. Le cimentier marocain qui a déjà annoncé prendre de nouvelles mesures pour remédier à la pénurie constatée sur le marché. Les responsables de ladite société sont allés faire état au chef du gouvernement, Julien Nkoghe Bekale de leurs avancées sur ce projet.

Il s’est agi précisément pour Malik Sefrioui (Vice-président du Groupe), Salim Kaddouri (Directeur général Régional) et Alain Ayouné Origuinowet (Directeur général adjoint pays) de rencontrer le chef du gouvernement aux fins de lui faire part de la mise en pratique imminente de leur ambition de valoriser la production nationale qui reste toujours déficitaire au regard de la demande. Il a donc été question du démarrage de l’usine de traitement de clinker de Ntoum.

Ce projet ambitieux nécessitera selon les responsables marocains, un investissement de l’ordre de 100 millions d’euros (65 milliards 600 millions de FCFA). Il permettra l’augmentation de la production de ciment au Gabon et devra générer plus de cinq cents emplois directs. Le déficit commercial dans ce domaine sera réduit grâce à la fin des importations de ciment à partir des pays voisins.

Toujours d’après les responsables de la CIMAF, Les phases relatives aux permis de recherche et d’exploitation étant achevées, la pose de la première pierre devra se faire logiquement dans les tous prochains mois. Et le démarrage de la production se fera dans un délai de vingt-quatre mois.