SANTE – SERVICES SANITAIRES
Denise Mekam’ne en mode recadrage

La ministre d’État Denise Mekam’ne tape du poing sur la table face à tous les maux qui minent le secteur de la santé. Le membre du gouvernement n’est pas passée par quatre chemins pour dénoncer les disfonctionnements au sein du dispositif sanitaire gabonais et a tenu à recadrer les acteurs du secteur.

« Dans nos structures sanitaires, le travail ne se fait plus bien. L’hôpital public a un véritable problème, nous sommes devenus plus des commerçants que des personnels de santé » s’offusquait madame Mekam’ne ce 6 mai 2019 au CHU d’Owendo face à l’assemblée constituée des responsables des structures sanitaires publiques, des responsables de la CNAMGS et des syndicats du secteur santé.

Il était question pour la ministre de réunir les différentes parties prenantes afin « de repenser le mode de gouvernance des hôpitaux publics » et pour la CNAMGS de faire un état des paiements effectués pour l’année 2018 et le premier trimestre 2019 suite à l’arrêt depuis deux semaines de la prise en charge des assurés CNAMGS.

Pour la ministre, l’heure est grave. « Dans nos structures sanitaires, le travail ne se fait pas correctement », renchérissait madame Mekam’ne qui a promis prendre des sanctions radicales à l’encontre des indélicats si les choses ne rentraient pas rapidement dans l’ordre.

C’est dans l’optique de mettre fin à certaines pratiques que sera instauré un dialogue mensuel aux seins des structures hospitalières dans les capitales, et trimestriel dans les structures régionales afin d’avoir un suivi effectif de la gestion des finances et des ressources humaines.

Rappelons que l’amélioration sensible de la qualité des services sanitaires aussi bien dans la capitale que dans les provinces figure parmi les instructions données par le Président de la République, Ali Bongo Ondimba. Des actions d’urgence au profit du secteur santé ont aussi été initiées par le chef de l’Etat à l’instar de l’acquisition de cliniques mobiles pour élargir la couverture sanitaire dans le pays.