AFFAIRES KEVAZINGO-LIMOGEAGE DE MAGANGA MOUSSAVOU ET DE MAPANGOU
Le Chef de l’Etat a choisi la fermeté

Affaires Kevazingo – La décision a été rendue publique ce mardi par le secrétaire générale de la présidence de la République, Jean Yves Teale. Le président de la République, Ali Bongo Ondimba, a pris un décret qui met fin aux fonctions de Vice-président de la République assumées par le président du Parti social démocrate (PSD), Pierre Claver Maganga Moussavou. Le ministre d’Etat en charge des Forêts, Guy Bertrand Mapangou, est aussi démis de ses fonctions.

«Par décret du Président de la République en date de ce jour : Il est mis fin aux fonctions du Vice-président de la République, Monsieur Pierre Claver Maganga Moussavou.  Par décret du Président de la République en date de ce jour, la composition du Gouvernement de la République est réaménagée ainsi qu’il suit : Il est mis fin aux fonctions du ministre d’Etat, ministre des Forêts et de l’Environnement, chargé du Plan Climat, Monsieur Guy-Bertrand Mapangou. Le ministère des Forêts et de l’Environnement, chargé du Plan Climat est rattaché aux services du Premier ministre et placé sous l’autorité directe du Premier ministre, Chef du Gouvernement. Le reste sans changement», a annoncé le secrétaire général de la Présidence de la République, Jean Yves Teale.

Selon l’Agence Gabonaise de presse, la décision prise par le président gabonais suite à l’affaires Kévazingo est conforme à la Constitution qui lui donne le pouvoir de nommer ou de remanier un gouvernement. La Constitution stipule  également que le président de la République nomme le Vice-président de la République et peut mettre fin à ses fonctions.

Le communiqué lu par le secrétaire général de la Présidence n’a pas donné les raisons de ces limogeages mais tout le monde aura compris que le chef de l’Etat a décidé de réagir fermement face à l’ampleur que l’affaire de la disparition mystérieuse, le 30 avril dernier,  de 353 container de Kévazingo au port d’Owendo.

Ce réaménagement intervient après le communiqué du gouvernement du jeudi 16 mai dernier lu par son porte-parole, Nanette Longa Makinda, suspendant, à titre conservatoire, 12 hauts fonctionnaires gabonais des administrations des Eaux et Forêts et de la Douane de leurs fonctions et responsabilités toujours suite à cette affaires de disparition de container de Kévazingo.

#affaires_Kévazingo