CONSEIL DES MINISTRES
Rapport sur la ZLECAf

Sur présentation du Ministre en charge des Affaires Etrangères, le Conseil des Ministres qui s’est tenu à Libreville ce jeudi 1er aout 2019, a pris acte du Rapport d’Etape sur le processus de mise en œuvre de la Zone de Libre-Echange Continentale (ZLECAf). Ce rapport fait ressortir le niveau de mise en œuvre, les étapes à couvrir et les délais pour l’effectivité du commerce intra-africain sans barrières douanières.

Pour apprécier l’impact réel de ce processus sur l’économie gabonaise, le Conseil des Ministres a approuvé la proposition de mise en place d’un groupe de travail intersectoriel.

Pour mémoire, la conférence de l’Union africaine, tenue à Niamey au Niger en juillet dernier, a marqué le début effectif de la zone de libre-échange continentale africaine. C’est donc un fait historique pour le continent, avec notamment la naissance du marché commun qui représente 1,2 milliard d’habitants et 2500 milliards de dollars de PIB cumulé.

Pour de nombreux économistes, l’ouverture effective de ce marché commun présente beaucoup d’avantages, notamment la suppression de 90% des droits de douanes, la simplification des procédures administratives, la libre circulation des personnes et des biens, l’ouverture des espaces aériens entre autres. Ce qui devrait augmenter les échanges inter-africains de 33% à 60% d’ici à 2022 selon des chiffres de l’ONU. Ca permettra également d’augmenter de 1 à 3% de PIB par Etat membre.

Toutefois, avant d’y parvenir, les chefs d’Etats et de gouvernements de l’UA devront régler certains points importants à savoir, l’harmonisation des règles commerciales à l’échelle du continent ; les modalités sur la libre circulation des personnes et des biens, la définition des produits exemptés des droits de douanes, le financement de la Zlecaf.

Rappelons par ailleurs c’est le ministre burkinabè des Affaires étrangères et de la Coopération, Alpha Barry, qui avait révélé juste avant le sommet de Niamey le siège du secrétariat permanent de la ZLECAF sera basé à Accra au Ghana.