ROUTE RELIANT LIBREVILLE ET FRANCEVILLE
Un projet de 780 kilomètres

La nouvelle figure parmi les grandes annonces faites par le président de la République, Ali Bongo Ondimba, lors de son message à la Nation à l’occasion de la fête nationale du Gabon : le démarrage des travaux de nouvelles infrastructures routières qui permettront au pays de se moderniser et de se doter d’équipements collectifs à la dimension de ses ambitions. C’est ainsi qu’une nouvelle route verra le jour dans le pays et reliera la province du Haut-Ogooué à la capitale gabonaise sur 780 kilomètres.

L’annonce faite par le président de la République a été confirmée ce lundi par le porte-parole de la présidence du Gabon, Ike Ngouoni, lors d’une conférence de presse tenue ce lundi 19 août 2019, où il a rappelé les propos du chef de l’Etat : «Nous pouvons annoncer le démarrage des travaux, en septembre prochain, de la Trans-gabonaise, une nouvelle route économique reliant Libreville et Franceville, d’une distance de 780 kilomètres ».

Dans les jours à venir, le gouvernement livrera les détails de cette importante infrastructure qui permettra aux populations de la province épicentre de la production de manganèse, de rallier Libreville en voiture et non plus uniquement par train comme c’est le cas actuellement. Ce qui évitera également à certains, des désagréments tels des déraillements, source de traumatismes et de pertes diverses tant pour les entreprises que pour les particuliers.

La construction de cette infrastructure s’annonce déjà comme le deuxième plus grand chantier de l’actuel chef de l’Etat après la route Port-Gentil-Omboue devant relier l’Ogooué-Maritime à Libreville et où sont construits les 3ème et 4ème plus longs ponts d’Afrique.

Voila donc que le Gabon renoue avec les grands projets infrastructurels. A savoir en outre que le pays compte booster les investissements directs étrangers pour améliorer les autres infrastructures notamment dans le domaine de l’énergie, de l’industrie ou encore l’agriculture. Le Gabon souhaite également redimensionner son secteur touristique, encore peu exploité jusqu’ici, et qui pourrait bénéficier pleinement de cette nouvelle route reliant la capitale avec Franceville.