BLOOMBERG
Menacée de poursuites par le Gabon

L’agence d’information _ Bloomberg a publié ce lundi 2 septembre un article dans lequel il est dit que le président de la République du Gabon, Ali Bongo Ondimba, était hospitalisé à Londres après une détérioration de son état de santé. Une affirmation que le porte-parole de la Présidence réfute énergiquement dans un communiqué qui souligne en outre que le Palais du bord de mer se réserve le droit de donner des « suites judiciaires appropriée » suite à la publication de l’article « purement mensonger » de Bloomberg.

La présidence de la République du Gabon ne pouvait pas ne pas réagir après la parution de cet article de Bloomberg qui a été partagé en masse sur les réseaux sociaux notamment par les activistes de l’opposition dont, certains sont selon un bon connaisseur de la scène politique gabonaise, sont même payés mensuellement comme des salariés pour relayer les informations pouvant gêner le pouvoir en place.

A savoir que la parution de cet article fait suite à un autre publié par le bimensuel français La Lettre du Continent qui, pour sa part, s’est limité à révéler que le numéro un gabonais avais quitté Libreville pour Londres pour des raisons médicales. Les médias locaux vont alors se servir de ces deux publications pour s’emparer du sujet pour le traiter selon leur orientation politique. Certains soupçonnent ainsi une campagne de déstabilisation d’envergure qui se sert des organes de presse internationaux de premier plan pour s’assurer de la crédibilité des informations diffusées.

Quoiqu’il en soit, la réaction de la présidence de la République, à travers son communiqué, a permis de savoir de manière officielle que le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, est actuellement en séjour privé dans sa résidence londonienne en compagnie des membres de sa famille, et qu’il a profité de ce voyage pour effectuer « des examens médicaux de routine ».

#AliBongoOndimba