SUITE DES ASSISES D’AGONDJE
Wait and see

Si son contenu n’a pas été rendu public, il mettrait toutefois en exergue les avancées et insuffisances constatées au niveau de l’application des conclusions des assises d’Agondje. Aussi, dans l’optique de relancer leur mise en musique, René Ndemezo’o Obiang, le chef de la délégation, a sollicité la réactivation des activités du Comité de suivi.

Une délégation de l’opposition dite « républicaine et démocratique » ayant pris part au Dialogue politique d’Agondjé, au printemps 2017, a été reçue dernièrement par le Premier Ministre, Julien Nkoghe Bekale. Composée de Séraphin Ndaot Rembogo, co-président de la Commission numéro 1 sur la réforme des institutions et président du PDS, de Mathieu Mboumba Nziengui, co président du comité de suivi des actes du dialogue et Président de l’UPG, de Thierry d’Argenlieu Kombila, co-président du comité de suivi des actes du dialogue, cette délégation était conduite par René Ndemezo’o Obiang, Président de DN et co-président de ces assises politiques.

Ensemble, ils sont allés remettre au Chef du gouvernement pour transmission au Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, un document contenant les avancées et les insuffisances constatées dans l’application des décisions prises d’accord-parties à l’issue des pourparlers d’Agondjé : ‘’ dans ce rapport, nous faisons le bilan de l’application des actes du Dialogue Politique d’Agondje. Nous regardons les avancées, nous voyons aussi ce qui n’a pas bien marché, puis nous faisons des suggestions’’, a déclaré Ndemezo’o Obiang.

Les opposants ont ensuite demandé la réhabilitation des activités du Comité de suivi des actes d’Agondjé, toujours en berne deux ans et demie après la tenue des assises : ‘’ nous faisons des suggestions dans le sens de demander la réactivation des activités du Comité de suivi des actes d’Agondje, afin qu’ils soient intégralement appliqués’’.

Le Premier ministre a alors rassuré ses hôtes sur l’importance de cette démarche. Il leur a réaffirmé sa détermination à porter auprès du Chef de l’Etat le rapport qu’il vient de recevoir. Tout comme, il a reconnu la légitimité des problèmes posés par ses interlocuteurs. En rappel, le Dialogue Politique d’Agondjé a été un des temps forts de l’histoire politique récente du Gabon. Il a eu l’avantage d’examiner l’ensemble des problèmes politiques, économiques et sociaux du Gabon et surtout de ramener la paix, après les évènements postélectoraux de 2016.