FINANCEMENT FMI
123,5 millions USD pour le Gabon

Le 16 décembre 2019, le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé les quatrième et cinquième revues du programme économique du Gabon qui est appuyé par un accord élargi au titre du mécanisme élargi de crédit (MEDC). L’achèvement de ces revues ouvre la voie au décaissement immédiat d’un montant équivalent à 89,34 millions de DTS (environ 123,5 millions de dollars). La décision prise par le conseil d’administration porte à 375,06 millions de DTS (environ 518,5 millions de dollars) le total des décaissements effectués jusqu’ici au titre de l’accord.

Lors de l’achèvement des quatrième et cinquième revues, le conseil d’administration a également approuvé la demande des autorités sollicitant une dérogation pour non-observation de critères de réalisation relatifs à des créances du secteur bancaire et de la banque centrale sur l’administration centrale, leur demande de dérogation pour non-observation d’un critère de réalisation relatif aux arriérés de paiements extérieurs, ainsi que le rééchelonnement des décaissements dans le cadre du programme.

Pour rappel, l’accord élargi triennal appuyé par le FMI en faveur du Gabon a été approuvé par le conseil d’administration le 19 juin 2017 pour un montant total équivalant à 464,4 millions de DTS (environ 642 millions de dollars à la date d’approbation), soit 215 % de la quote-part du Gabon. Le programme de réformes économiques du gouvernement a pour objectif de rétablir la stabilité macroéconomique et de jeter les bases d’une croissance inclusive. Il vise également à assurer la viabilité de la dette au niveau national et à contribuer à la stabilité extérieure de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC).

À l’issue des débats du conseil d’administration, Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint et président par intérim, a déclaré que : « Les résultats obtenus par le Gabon dans le cadre du programme appuyé par l’accord conclu avec le FMI au titre du mécanisme élargi de crédit ont été globalement satisfaisants. L’amélioration des conditions macroéconomiques s’est poursuivie, avec une accélération moyenne de la croissance, une amélioration des positions budgétaire et extérieure et une réduction de la dette publique. Des réformes ambitieuses sont encore nécessaires pour susciter une croissance plus élevée, plus inclusive et plus résiliente.

Le FMI a cependant noté qu’il convient de continuer à accroître les recettes intérieures et à maîtriser les dépenses non prioritaires, tout en protégeant l’investissement et en renforçant la protection sociale. Il est important aussi d’améliorer la gestion des finances publiques et l’efficience de l’investissement public pour rehausser les perspectives de croissance du Gabon.