GABON – FMI
La coopération se poursuit

Au terme de son Conseil d’Administration qui s’est tenu à Washington (États-Unis) le mois dernier, le Fonds Monétaire International (FMI) a conclu favorablement aux deux revues 4ème et 5ème du programme économique et financier du Gabon appuyé par le Mécanisme Élargi de Crédit (MEC).

Cette décision des Administrateurs du FMI « traduit la reconnaissance des efforts du Gouvernement de la République dans la mise en œuvre des réformes structurelles nécessaires au redressement de l’économie gabonaise avec une croissance attendue en 2019 à 3,4% contre 0,8 % l’année précédente », a commenté le ministre Jean-Marie Ogandaga en charge de l’Économie et des Finances.

Ce dernier a rencontré ce lundi 16 décembre 2019 à Washington plusieurs hauts responsables du Fonds. L’objectif visé était de s’assurer de la bonne finalisation de l’examen du dossier du Gabon par le Conseil d’Administration du FMI relatives aux 4ème et 5ème revues du programme économique et financier.

En rencontrant successivement Monsieur Raghani, Administrateur du FMI, représentant le Gabon, Monsieur De Villeroche, Administrateur français, Monsieur Abe Selassie, Directeur du Département Afrique et Monsieur Boileau Loko, Chef de mission pour le Gabon, le ministre Jean-Marie Ogandaga, a tenu à rassurer ses interlocuteurs sur la réaffirmation du nouveau gouvernement de la République à poursuivre la coopération avec le FMI en cohérence avec les directives du Président de la République, Chef de l’Etat, Ali bongo Ondimba et de la feuille de route du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Julien Nkoghe Bekale.

Lors de l’achèvement des quatrième et cinquième revues, le conseil d’administration a également approuvé la demande des autorités sollicitant une dérogation pour non-observation de critères de réalisation relatifs à des créances du secteur bancaire et de la banque centrale sur l’administration centrale, leur demande de dérogation pour non-observation d’un critère de réalisation relatif aux arriérés de paiements extérieurs, ainsi que le rééchelonnement des decaissements dans le cadre du programme.

#Economie