Samedi 23 Septembre 2017

economie

Trésorerie des banques

La BEAC à la rescousse

Publié le dimanche 11 juin 2017  Par  Le Défi Gabon

La mauvaise conjoncture marquée depuis fin 2014 par le pétrole pas cher a emmené, selon l’agence Ecofin, la Banque centrale des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), institut d’émission des six pays de la Cemac que sont le Cameroun, le Congo, le Gabon, le Tchad, la Guinée Equatoriale et la République centrafricaine, à mettre sur pied un mécanisme d’apport de liquidité en urgence au secteur bancaire.

Selon le gouverneur de la BEAC, le Tchadien Abbas Mahamat Tolli, ce dispositif prévu dans le cadre de la réforme de la politique monétaire de cette banque centrale, est «motivé par le contexte régional marqué par la vulnérabilité de la situation de trésorerie de plusieurs banques, en liaison notamment avec les difficultés financières des Etats».

Le dispositif, explique le gouverneur de la BEAC, consistera «à fournir, de façon discrétionnaire et exceptionnelle, de la liquidité à une institution financière solvable, mais souffrant de tensions de liquidité sérieuses pouvant entraîner un risque financier majeur pour la sous-région».

S’il précise, qu’à travers la réflexion actuellement en cours, la Banque centrale des Etats de la Cemac est davantage dans «une logique d’anticipation» et que «les modalités pratiques de ce dispositif seront finalisées d’ici la fin de l’année [2017]», Abbas Mahamat Tolli précise cependant que le Comité de politique monétaire de la BEAC «pourrait répondre aux urgences pouvant survenir avant la fin de l’année».

Ecofin qui constate en outre que la trésorerie de plusieurs banques en activité dans la zone Cemac est critique, et pourrait conduire au déclenchement du dispositif sus-mentionné, avant la fin de cette année. Les six Etats de l’espace communautaire en question se sont en effet tournés résolument, ces derniers temps, sur le marché des capitaux à la recherche des financements nécessaires pour assurer leur fonctionnement et les investissements publics.

C’est ainsi que les banques de la zone, qui ont généralement pour principaux partenaires commerciaux les Etats et leurs entreprises, sont de plus en plus sollicitées. Soit pour d’importants retraits de fonds, soit pour des prêts directs, ou alors indirects, via notamment le marché des titres publics lancé par la BEAC.

Partager cet article






D'autres articles de la rubrique economie qui pourraient vous intéresser

Etat – Patronat
"L’Etat n’a aucun intérêt à ne pas payer sa dette"

Le gouvernement a réaffirmé la volonté de l’Etat d’honorer ses engagements vis-à-vis du secteur privé lors d’une rencontre entre deux de... 

vendredi 22 septembre 2017

Port d’Owendo
L’Etat a pensé à l’intérêt de la population

La plainte déposée par le groupe Bolloré devant le Centre international de règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi) contr... 

vendredi 22 septembre 2017

Infrastructures
Meridiam dans le capital du port d’Owendo

Un partenariat stratégique vient d’être signé entre l’opérateur portuaire Gabon special economic zone (GSEZ) et le fonds d’investissement... 

vendredi 22 septembre 2017


Encore plus d'articles de la rubrique economie

La Lettre de la semaine
Lettre du samedi 16 septembre 2017 20171609-Ledefi-83.jpg

Voir toutes les lettres
Newsletter ledefigabon.com
La Vidéo du jour
Maroc-Gabon un forum pour raffermir la coopération économique

ONU DISCOURS INTÉGRAL DU PRÉSIDENT ALI BONGO ONDIMBA

Voir toutes les vidéos
Portails Gabon
Autres sites d'information
© Le Défi Gabon - Copyright 2016
Mentions légales