Vendredi 22 Septembre 2017

economie

Dévaluation du FCFA

Un scénario improbable

Publié le jeudi 22 juin 2017  Par  Le Défi Gabon

De rumeurs circulent ces derniers temps sur une « éventuelle » dévaluation du FCFA de la CEMAC. Les mêmes bruits qui soutiennent qu’un rapport du trésor public français aurait recommandé une unification des comptes des opérations des zones CEMAC et UEMOA, afin d’éviter une dévaluation de la monnaie utilisée en Afrique Centrale, à une parité qui serait désormais fixée 1300 FCFA pour un Euro.

Et selon l’agence Ecofin, les inquiétudes sont ravivées en raison d’un manque de communication officielle sur ces différentes questions. La réunion d’urgence de décembre 2016, très peu habituelle en zone CEMAC, avait clairement signalé la nécessité d’agir rapidement, pour inverser la courbe d’une situation présentée comme délicate.

A savoir que dès son premier Comité de Politique Monétaire de 2017, la Banque Centrale de la sous-région (BEAC) a fait savoir que le taux de couverture de la monnaie n’avait été en 2016 que de 54,6% et que ce taux ne dépasserait pas les 65% en 2017. Dans le même temps, elle a sonné la fin des politiques monétaires accommodantes en relevant son principal taux directeur de 50 points de base (0,5%), dans le but de réduire les sorties de liquidités sur le marché monétaire.

Le débat sur la valeur du FCFA tourne autour de la baisse drastique des réserves de changes à 2632 milliards de FCFA (4,4 milliards $) à la fin de l’année 2016, contre 10,1 milliards $ à la fin de l’exercice 2015. Une baisse en deçà des prévisions de plusieurs analystes dont ceux du FMI, qui, en septembre 2016, tablaient sur des réserves de changes équivalentes à 7,1 milliards $.

Par ailleurs, on apprend que la sous-région a eu du mal à respecter l’engagement à avoir 50% de ses réserves de change dans le compte des opérations du trésor public de France, instrument de garantie de la convertibilité extérieure du FCFA Afrique centrale, tout comme celui de l’Afrique de l’Ouest et des Comores. La BEAC a dû céder pour 1000 milliards de FCFA de titres d’investissements, pour maintenir les équilibres.

Toutefois, les analystes estiment que le scénario d’une dévaluation ne tient pas vraiment la route. Pour ces derniers, la situation ne justifie pas une telle hypothèse. Selon les accords monétaires qui lient la sous-région à l’Euro, via la France, la dévaluation intervient de manière certaine, si le taux de couverture de la monnaie par les réserves de change franchit à la baisse la barre des 20%. Tel n’est pas encore le cas aujourd’hui.

Partager cet article






D'autres articles de la rubrique economie qui pourraient vous intéresser

Port d’Owendo
L’Etat a pensé à l’intérêt de la population

La plainte déposée par le groupe Bolloré devant le Centre international de règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi) contr... 

vendredi 22 septembre 2017

Infrastructures
Meridiam dans le capital du port d’Owendo

Un partenariat stratégique vient d’être signé entre l’opérateur portuaire Gabon special economic zone (GSEZ) et le fonds d’investissement... 

vendredi 22 septembre 2017

Aménagement
Bientôt la vente des parcelles à la Baie des Rois

Après le début des travaux de viabilisation, les promoteurs annoncent pour très bientôt la commercialisation des parcelles sur le site dénomm... 

jeudi 21 septembre 2017


Encore plus d'articles de la rubrique economie

La Lettre de la semaine
Lettre du samedi 16 septembre 2017 20171609-Ledefi-83.jpg

Voir toutes les lettres
Newsletter ledefigabon.com
La Vidéo du jour
Maroc-Gabon un forum pour raffermir la coopération économique

ONU DISCOURS INTÉGRAL DU PRÉSIDENT ALI BONGO ONDIMBA

Voir toutes les vidéos
Portails Gabon
Autres sites d'information
© Le Défi Gabon - Copyright 2016
Mentions légales