Jeudi 21 Septembre 2017

economie

Part du pétrole dans l’économie gabonaise

25% d’ici à 2020

Publié le jeudi 29 juin 2017  Par  Le Défi Gabon

Le Gabon compte faire passer sa dépendance aux revenus pétroliers de 30 à 25% d’ici 2020. Une information confirmée par le ministre Regis Immongault lors d’une interview accordée à Bloomberg et rapporté par Ecofin. Le membre du gouvernement en charge du Pétrole a ainsi laissé entendre que le pays envisage d’atteindre cet objectif en haussant significativement les investissements dans les secteurs agricole et minier.

Une orientation prise en accord avec le Fonds Monétaire International et les autres partenaires du Gabon. Rappelons que pour relancer son économie, le FMI a accordé un prêt triennal de 642 millions de dollars.

En effet, la chute des prix du pétrole a impacté négativement les revenus du Gabon depuis ces trois dernières années et ralenti la réalisation de plusieurs projets majeurs. En 2015, la croissance économique a ralenti à 3,9% et en 2016, elle est tombée à 2,1%. De plus, sur cette période, la production pétrolière a reculé en raison du déclin naturel de nombreux champs matures.

Mais, le gouvernement prépare déjà l’après-pétrole. En avril dernier, le ministre en charge des hydrocarbures, Pascal Houangni Ambouroue, avait annoncé que « le Gabon envisage plus que jamais, de se lancer dans la production de biocarburant, en vue de diversifier son économie».

Le pays a démarré l’exportation en 2016 de l’huile de palme en partenariat avec Olam International. Une nouvelle mine de manganèse est également en cours de développement. Selon les autorités, plusieurs projets seront lancés pour combler le vide créé par l’abandon progressif du pétrole.

En outre, le ministre a affirmé qu’en réduisant la masse salariale, les subventions et en créant un climat des affaires attractif pour les investisseurs étrangers, le pays peut éventuellement atteindre un taux de croissance économique de 5% pour la première fois depuis 2013. Avant 2020, le Gabon envisage de rembourser « la plupart de ses dettes ».

M. Immongault a aussi tenu à préciser pour faire taire les mauvaises langues que tout cela ne représente pas des mesures d’austérité. «Nous ajustons juste le budget comme nous l'avons fait au cours des deux dernières années. Les dépenses en capital seront rationalisées pour se concentrer sur des projets porteurs de croissance et ayant un impact social important.», a-t-il expliqué.

Partager cet article






D'autres articles de la rubrique economie qui pourraient vous intéresser

Groupe Bolloré
Une plainte injustifiable contre l’Etat gabonais

La relation se dégrade entre l’Etat gabonais et le groupe français Bolloré, qui a porté plainte contre le Gabon devant le Centre internationa... 

mercredi 20 septembre 2017

Assurances
Un produit d’assurance innovant

L’assureur Sunu Assurances Gabon innove à travers sa nouvelle relation avec la compagnie de distribution de produits pétroliers Engen Gabon. Le... 

mercredi 20 septembre 2017

Diversification de l’économie
La BAD décaisse 131 milliards FCFA

La Banque africaine de développement (BAD) a décaissé 131 milliards de Francs CFA pour le Gabon au cours des derniers temps. L’appui financier... 

mercredi 20 septembre 2017


Encore plus d'articles de la rubrique economie

La Lettre de la semaine
Lettre du samedi 16 septembre 2017 20171609-Ledefi-83.jpg

Voir toutes les lettres
Newsletter ledefigabon.com
La Vidéo du jour
Maroc-Gabon un forum pour raffermir la coopération économique

ONU DISCOURS INTÉGRAL DU PRÉSIDENT ALI BONGO ONDIMBA

Voir toutes les vidéos
Portails Gabon
Autres sites d'information
© Le Défi Gabon - Copyright 2016
Mentions légales