Samedi 23 Septembre 2017

economie

Plainte des opposants à Paris

Les autorités gabonaises fournissent des éclaircissements

Publié le mercredi 05 juillet 2017  Par  Le Défi Gabon

Certains gabonais ont été choqués par une nouvelle série de campagne de dénigrement contre le pays, à travers une plainte déposée à Paris suite à la crise postélectorale de l’année dernière.

Les avocats du franco-gabonais qui a eu recours à la justice ont récemment fait feu de tout bois au sujet d’une procédure judiciaire, dans laquelle le plaignant évoque, en effet, la grave accusation de « crime contre l’humanité ».

Pour le gouvernement gabonais, qui a réagi dans un communiqué, « aucun tribunal sérieux ne peut faire prospérer de telles actions ». « Sur le crime contre l’humanité, et sauf à insulter la mémoire des victimes des heures les plus sombres de l’histoire (Juifs, Cambodgiens ou Rwandais), les faits évoqués par les avocats du plaignant résultent de procédures classiques de maintien et de rétablissement de l’ordre public gravement menacé par des hordes fanatisées par le discours de haine et de violence d’un homme politique », continue le communiqué.

Les autorités gabonaises sont persuadées que les actes menés à l’issue de l’annonce des résultats de l’élection présidentielle au mois d’août 2016 relèvement ainsi essentiellement d’une opération de maintien de l’ordre. Tout le monde se rappelle effectivement des actes de violence perpétrés, durant quelques jours, à la suite de l’annonce des résultats de l’élection, occasionnant des pertes colossales à un grand nombre de commerçants. La majorité des Gabonais étaient d’accord qu’il fallait remettre de l’ordre dans les grandes villes du pays.

En tous cas, les autorités du pays, en constatant avec les citoyens Gabonais, le retour de la paix, au bout de quelques jours d’actions dévouées des forces de sécurité, étaient persuadées que l’opération a porté ses fruits.

Aussi, l’accusation de « crime contre l’humanité » est-elle mal placée. « Il apparaît ainsi clairement que des individus de nationalité gabonaise d’origine, ayant acquis la nationalité française, ont commis, au Gabon et en tant que Gabonais, des actes qualifiés de crimes ou délits par la loi gabonaise; que ces individus ont participé à une entreprise insurrectionnelle aux fins de renversement de l’ordre constitutionnel au Gabon; qu’ils ont fait l’objet d’interpellation par les forces de l’ordre dans le cadre d’opération de maintien ou de rétablissement de l’ordre dont la nécessité n’était nullement discutable », spécifie le communiqué du gouvernement.

Partager cet article






D'autres articles de la rubrique economie qui pourraient vous intéresser

Etat – Patronat
"L’Etat n’a aucun intérêt à ne pas payer sa dette"

Le gouvernement a réaffirmé la volonté de l’Etat d’honorer ses engagements vis-à-vis du secteur privé lors d’une rencontre entre deux de... 

vendredi 22 septembre 2017

Port d’Owendo
L’Etat a pensé à l’intérêt de la population

La plainte déposée par le groupe Bolloré devant le Centre international de règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi) contr... 

vendredi 22 septembre 2017

Infrastructures
Meridiam dans le capital du port d’Owendo

Un partenariat stratégique vient d’être signé entre l’opérateur portuaire Gabon special economic zone (GSEZ) et le fonds d’investissement... 

vendredi 22 septembre 2017


Encore plus d'articles de la rubrique economie

La Lettre de la semaine
Lettre du samedi 16 septembre 2017 20171609-Ledefi-83.jpg

Voir toutes les lettres
Newsletter ledefigabon.com
La Vidéo du jour
Maroc-Gabon un forum pour raffermir la coopération économique

ONU DISCOURS INTÉGRAL DU PRÉSIDENT ALI BONGO ONDIMBA

Voir toutes les vidéos
Portails Gabon
Autres sites d'information
© Le Défi Gabon - Copyright 2016
Mentions légales