Jeudi 21 Septembre 2017

social

Accord de Paris sur le climat

Les éclairages de Seyni Nafo

Publié le mercredi 12 juillet 2017  Par  Le Défi Gabon

Lors de la dernière conférence des ministres africains de l’Environnement, tenue à Libreville, le président du Groupe africain des négociateurs sur le climat, s’est exprimé à travers plusieurs médias sur la volte-face américaine quant à l’application des résolutions de l’Accord de Paris sur le climat, du financement du Fonds vert, de l’impact des changements climatiques sur les économies africaines, des efforts que doivent réaliser les Africains afin de mobiliser davantage de fonds auprès des guichets spécialisés, ainsi que des spécificités de la finance climat.

C’est dans ce contexte que l’agence Ecofin a rapporté les avis de Seyni Nafo, président du groupe des négociateurs africains sur le climat, porte-parole de l'Afrique à la COP 21. Ce dernier qui a indiqué que tous les engagements qui ont été pris par les différents organismes bilatéraux et multilatéraux, les fonds climat et autres, ont été recensés.

Avant de rappeler que le Fonds vert pour le climat qui est aujourd’hui le mécanisme international dédié pour financer la lutte contre les changements climatiques, a été capitalisé en 2014, un an avant Paris, à hauteur de 10 milliards de dollars. Ce fonds est d’ailleurs actif.

L’Afrique y a sept administrateurs et il commence à décaisser. On a un portefeuille africain d’à peu près 4,3 milliards $ de projets. Pour Seyni Nafo, c’est un mécanisme avec lequel les pays développés ont pris un engagement en 2009 pour mobiliser les fameux 100 milliards $ par an, à partir de 2020. ‘’Nous avons toujours demandé d’avoir une feuille de route. De savoir où nous en sommes dans la mobilisation de ces ressources-là. Combien vont à l’adaptation, à la réduction des émissions. L’OCDE a fait un rapport, il y a deux ans, pour nous indiquer que les pays développés en étaient, à peu près, à 63 milliards de dollars par an. Donc ils doivent monter encore d’à peu près une trentaine de milliards de dollars pour 2020’’, a-t-il déclaré.

Enfin, le président du groupe des négociateurs africains sur le climat a tenu à préciser que les Etats-Unis avaient pris un engagement de 3 milliards $. Donc 30% de ces 10 milliards. Barack Obama avant de partir, avait déjà décaissé 1 milliard $. Il restait 2 milliards $ qui ne vont pas être décaissés puisque Trump a été clair sur le fait qu’il ne va pas les donner.

Partager cet article






D'autres articles de la rubrique social qui pourraient vous intéresser

Lutte contre la corruption
Les parlementaires en formation

Les 19 et 20 septembre, députés et sénateurs gabonais vont bénéficier d’une formation prodiguée par des experts de l’Office des Nations U... 

mardi 19 septembre 2017

Enseignement supérieur
Suspension de la hausse des frais d’inscription

La hausse des frais d’inscription à l’Université Omar Bongo (UOB) est momentanément suspendue. En effet, suite à une requête déposée par... 

mardi 19 septembre 2017

Climat social
Instaurer l’apaisement

Madame Madeleine Edmée Berre, Ministre de la Promotion des Investissements Privés, du Commerce et de l'Industrie et son Ministre Délégué, Mada... 

lundi 18 septembre 2017


Encore plus d'articles de la rubrique social

La Lettre de la semaine
Lettre du samedi 16 septembre 2017 20171609-Ledefi-83.jpg

Voir toutes les lettres
Newsletter ledefigabon.com
La Vidéo du jour
Maroc-Gabon un forum pour raffermir la coopération économique

ONU DISCOURS INTÉGRAL DU PRÉSIDENT ALI BONGO ONDIMBA

Voir toutes les vidéos
Portails Gabon
Autres sites d'information
© Le Défi Gabon - Copyright 2016
Mentions légales