LE DÉFI GABON
L'information quotidienne du Gabon

COMMISSION NATIONALE DES FRONTIERES
Tenue de l’Assemblée Générale

La commémoration de la Journée Africaine des Frontières le jeudi 7 juin 2018 a donné lieu à la tenue d’une Assemblée Générale tel que prévu par l’article 7 du Décret n° 082/PR/MISPID du 8 avril 2010 portant réorganisation de la Commission Nationale des Frontières (CNF).

Présidée par Mme Patricia Taye, Ministre Délégué auprès du Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur de la Sécurité, chargé de la Décentralisation et du Développement Local, en lieu et place de M. Lambert-Noël Matha, empêché, cette réunion de l’instance décisionnelle de la Commission Nationale des Frontières avait trois points à l’ordre du jour, à savoir l’examen de la situation générale des Frontières du Gabon au mois de juin 2018, le financement et les moyens de la Commission Nationale des Frontières (CNF) et les questions diverses.

Notons que le Gabon partage avec ses voisins (Guinée Equatoriale, Cameroun, Congo), un linéaire frontalier terrestre de 2566 kilomètres. Depuis l’institutionnalisation de cette journée par l’Union Africaine et la réorganisation de la Commission Nationale des Frontières par le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, le pays a repris langue avec tous ses voisins pour régler de façon concertée les quelques points litigieux à nos frontières.

Les récentes missions conjointes de terrain des experts gabonais avec leurs homologues Congolais puis Camerounais en sont l’illustration. Il faut rappeler en outre que le Ministre chargé de l’Intérieur est le Président de la CNF, celui en charge des Affaires Etrangères en est le Vice-Président.

Enfin, répondant à la presse au sortir de cette Assemblée Générale, et à la suite des propos du Ministre d’Etat Matha devant les Sénateurs, le Secrétaire Permanent de la Commission Nationale des Frontières M. Victor Mpira a regretté la confusion née d’un article de presse qui faisait état de l’annexion d’une partie du territoire au nord-est du Gabon par un pays voisin. Car il n’en est rien selon lui.