CMOC INTERNATIONAL
Un œil sur le gisement de Maboumine

La filiale de China Molybdenum, CMOC International, semble actuellement en meilleure position pour la reprise de l’exploitation du gisement de Maboumine, localisé non loin de la ville de Lambaréné, dans la partie Ouest du Gabon.

CMOC International serait actuellement le meilleur partenaire pour la relance des activités minières à Maboumine, dans la province du Moyen-Ogooué. La compagnie avait déjà acquis, en fin 2016, les activités d’Anglo American au Brésil, premier pays producteur quasi monopolistique de niobium et de phosphates, après avoir déboursé 1,5 milliard de dollars.

En quête de partenaires depuis quelques temps, le groupe français Eramet qui a suspendu ses activités sur le gisement de Maboumine est plutôt optimiste actuellement.

Le site d’information usinenouvelle.com réitère que «mis en stand-by en 2015 suite à la décision du groupe français de suspendre tous ses grands projets, le gisement pourrait être relancé par China Molybdenum, via sa filiale CMOC International».

Rappelons que le 20 juin dernier, le PDG d’Eramet, Christel Boriès, était au Gabon et a confirmé la quête d’un nouveau partenaire dans ce projet. « Il y a des discussions qui sont maintenant bien avancées avec un partenaire potentiel et nous espérons que nous pourrons, dans quelques mois, conclure avec un partenaire qui reprendrait l’exploitation et le développement de ce projet», devait-elle préciser.

L’exploitation du gisement de Maboumine est un projet polymétallique visant des ressources minérales très recherchées dans le monde, tels que le niobium, les terres rares, l’uranium, le titane, le tantale, le phosphate et le scandium. On s’attend à une production de 5 000 à 10 000 tonnes par an.