LE DÉFI GABON
L'information quotidienne du Gabon

FINANCES PUBLIQUES
Otandault en mode pédagogue

C’est avec son homologue en charge de la Communication et de l’Economie numérique et non moins porte-parole du gouvernement, Guy Bertrand Mapangou, que le ministre d’Etat en charge du Budget et des Comptes publics a rencontré la presse ce jeudi 5 juillet sur le thème : « Communication sur la LFR 2018 et les mesures de redressement des finances publiques ».

Le Ministre d’Etat, ministre du Budget et des Comptes publics, Jean-Fidèle Otandault, accompagné du porte-parole du gouvernement, Guy Bertrand Mapangou, a animé ce jeudi une conférence de presse afin de mieux éclairer les médias et l’opinion publique sur les tenants et aboutissants des  travaux de la task-force sur les finances publiques, la Loi de Finances Rectificative (LTR) 2018 ainsi que les mesures prises suite aux instructions du Président de la République, Ali Bongo Ondimba, pour réduire significativement le train de vie de l’Etat.

Revêtant de nouveau son habit de pédagogue, le patron du budget a tenu à insister sur les objectifs sociaux et de gouvernance de l’Exécutif qui ont amené les plus hautes autorités à engager des réformes sans précédent en matière de finances publiques. Et de souligner par la suite que les mesures prises et l’orientation fixée pour la Loi de Finances Rectificative (LFR) ne signifient nullement que le Gabon est en crise ou en cessation de paiement.

Force est en effet de constater qu’à chaque décision d’importance prise par le gouvernement concernant les ressources publiques, l’opposition  saute sur l’occasion pour avancer que le pays n’est plus en mesure de tenir ses engagements. La rencontre a ainsi été mise à profit par Jean-Fidèle Otandaut pour battre en brèche ce « discours formaté » à travers une approche résolument pédagogique.

Pour Jean Fidèle Otandault encore faut-il que « le pays ne puisse plus faire face à son passif exigible avec son actif disponible » pour que l’on puisse parler de cessation de paiement. Or, « le Gabon ne se trouve pas dans cette situation puisqu’il dispose d’un actif disponible ».

Après avoir largement exposé l’optique et les objectifs du gouvernement dans le cadre du plan de redressement des finances publiques, le ministre d’Etat a déploré la « campagne désolante de dénigrement » de la part de certains politiciens mais aussi d’acteurs syndicaux. A ses yeux, ce comportement est irresponsable et va à contre-courant de l’intérêt national.

Et le membre du gouvernement de conclure que la solution ne se trouve pas dans l’immobilisme mais dans l’audace de réformer en profondeur pour retrouver rapidement l’équilibre de nos comptes publics si l’on souhaite financer les dépenses d’investissement nécessaires pour l’avenir, ainsi que les dépenses sociales qu’attendent les populations.